Community Update

World Pulse Toolkits Available!

At World Pulse, we recognize the need for ongoing learning—for you and for your community! Our toolkits are all available here.

We are especially excited to share our signature Citizen Journalism and Digital Empowerment Curriculum. Start learning today!

Need: Sponsoring, partenership or Demande des subventions pour ce bon projet

1. Présentation de l’organisation :

UFAPD asbl siégeant socialement a Kamanyola dans la plaine de Ruzizi
Sud-Kivu en RDCONGO
Autorisations provinciales du sud- kivu /Personnalité juridique du gouvernorat : № 01/290/CAB/ GOUPRO_SK /2011 du 29 Juin 2011 avec le numéro du dépôt pour enregistrement : JUST./112/S_ KV/ 3315/2011, et statuts et ROI notariés.
Contacts: +243993700742, +243812484810, +250784636951 ufapdong@yahoo.fr , judithaganze@yahoo.fr
L’Union des Femmes Artisanes de Paix pour le Développement « UFAPD » est une organisation non gouvernementale, non confessionnelle, non discriminatoire à droit congolais, juridiquement légale.
Le siège social est à Kamanyola et possède les antennes dans les huit territoires du Sud-Kivu avec le bureau provincial du conseil d’administration à Bukavu kibombo 51 bus.
 BUTS OBJECTIFS ET MISSION :
La paix sociale dans un double perspectif :
• La promotion des droits humains, l’instauration de la justice ,de la démocratie pour la paix sociale .
• La consolidation de la paix et le développement durables par l’approche genre et égalité du sexe.
 D’où la devise :

L’UFAPD prône la justice et paix sociale en préconisant le bien être de tous sans discrimination.
 OBJECTIFS :
1. Promouvoir les droits de la femme pour une pacification et autonomisation intégrante.
2. Veiller à l’éducation de la jeunesse féminine pour sa promotion sociale, culturelle et économique.
3. Lutter contre les viols, violence sexuelles faites à la femme.
4. Eduquer les femmes à la culture de la paix et à la cohabitation pacifique.
5. Sensibiliser les femmes sur les moyens de lutter pour l’autonomisation.
6. Encadrer les femmes vulnérables ‚veuves‚ violées.
7. Veiller à la scolarisation de la jeunesse féminine.
8. Apporter l’assistance juridique aux femmes victimes d’injustice et autres violences du droit international Humanitaire (D.I.H.) notamment basées sur le genre.
9. Exerce les activités de plaidoyer et de dénonciation en faveur des femmes victimes d’injustice ou autre violence.
10. Promouvoir la jeunesse et les activités juvéniles.
11. Lutter contre la famine, l’ignorance et la pauvreté.
Quant à la mission, cette organisation s’engage dans la lutte pour l’application de la résolution 1325, la convention de l’ONU sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, CEDEF ratifiée par la RD Congo le 10/12/1999 et la promotion des activités et entreprenariats à mettre en œuvre pour que les OMD soient concrètement atteints en RDC.
 DOMAINES D’INTERVENTION :
• Commission d’éducation
• Commission de santé, hygiène et environnement.
• Commission de justice et réconciliation.
• Commission de paix et développement
• Commission de sport et loisir.
• Commission d’agriculture et élevage.
• Commission de culture et art.
• Commission de recherche scientifique.

REALISATIONS :
-Ouverture du centre médical SALAMA pour la prise en charge médicale des membres vulnérables et autres femmes victimes des violences sexuelles que nous faisons abonner chaque année a la mutuelle de sante .
-Sensibilisations communautaires sur l’importance de l’agropastorale…et formations multisectorielles des membres pour leur future autonomisation par les AGR ou activités génératrices des revenues.
-L’agropastoral pour lutter contre la pauvreté et insécurité alimentaire… ;
-Création des radios communautaires dans des zones rurales pour leur faciliter l’accès a l’information, au divertissement et formations …
2. Les contraintes relatives a la mise en œuvre de nos activités sont multiples :
_ La pauvreté, l’insécurité, l’impunité, corruption, analphabétisme, conflits armés et tribaux qui font rage dans le pays.
_Les graves violations des droits humains particulièrement la marginalisation ou discrimination de la femme vulnérable sans oublier la stigmatisation et autres formes discriminatoire dont sont victimes les femmes rurales victimes des violences basées sur le genre ;La méconnaissance par certains et la non application par d’autres de la résolution 1325 et autres lois relatives a la CEDEF pour que les objectifs du millénaire soient atteints dans nos provinces conflictuelles que nous voulons promouvoir dans l’Est de la RDC où d’autres multiples antivaleurs persistent et nécessitent une urgente implication de tout un chacun et le soutient de tout humanitaire particulièrement la communauté internationale et en voici les causes et defis.
A cette situation déplorable le Dr Dennis MUKWEGE, gynécologue traitant les femmes violées dans l’hôpital de Panzi ă Bukavu et qui en a eu le prix de l’ONU réagissant récemment devant le conseil de sécurité de l’ONU pour plaider encore une fois en faveur des victimes des viols et lutter contre l’impunité au Sud-Kivu en particulier et en RDC en général en disant : «comment être fier d’appartenir à une nation sans défense ; livrée à elle-même ; pillée de toute part et impuissante devant 500.000 de ses filles violées pendant 16 ans ; 6000000 de morts de ses fils et filles pendant 16 ans sans qu’il y ait aucune perspective de solution durable; Ce qui fait défaut c’est la volonté politique, Les femmes congolaises ont droit a une protection à l’instar de toutes les femmes de cette planète, Nous sommes devant une urgence humanitaire qui ne donne plus place à la tergiversation »
C’est pour quoi nous avons fait toute une étude synthétique dans notre rayon d’action qui a abouti à l’élaboration de ce projet pouvant palier aux défis et fléaux.
2. Le PROJET
IV.0 : DONNEES SOMMAIRES
IV.1 : SITUATION GEOSTRATEGIQUE ET POLITIQUE :
La RDC est un pays très immense ,2e au monde après la l’Algérie, très riche en ressources naturelles qui en constitue le scandale et source de convoitise universel dont les potentialités minières sont évaluées à 24 mille milliards USD selon le chercheurs, ce pays a douze provinces mais seul l’Est du pays est en insécurité persistante et pauvreté déplorable quelque soit sa renommée mondial en ressources, c’est pour quoi nous allons insister sur la province du Sud-Kivu qui constitue la porte d’entrée des toutes les guerres d’invasion et champs de batailles depuis 1996 situation persistante sans espoir et qui a entrainé des milliers des morts et viols .Cette province est riche en ressource minière et se trouve a frontière du pays agresseur le Rwanda, le Burundi en 1996.
En bref le Sud-Kivu comprend :
Villes et leurs communes
• Ville de Bukavu (pop. : 471.789)
o Bagira
o Ibanda
o Kadutu
o Kasha
• Ville de Baraka (pop. : 115.289 hab. et plus)
o Baraka
o Kalundja
o Katanga
• Ville d'Uvira
o Kalundu
o Kamvivira
o Mulongwe
Territoires
• Fizi
• Idjwi
• Kabare
• Kalehe
• Mwenga
• Shabunda
• Uvira
• Walungu
Nom de l’organisation : Union des Femmes Artisanes de Paix pour le Développement : UFAPD, une organisation féminine de la société civile avec réseau des associations communautaires et féminines de faible capacité.
IV.2 : Titre du projet :
PROJET D’UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE, DE PRISE EN CHARGE PSYCHO-MEDICALE, SOCIO-JURIDIQUE ECONOMICO- HOLISTIQUES DES FEMMES ET FILLES VULNERABLES ET MARGINALISEES SURVECUES DES VIOLENCES DANS LES ZONES DES CONFLITS ARMES ET TRIBAUX DU SUD-KIVU EN RDC.
IV.3 : Période couverte par le projet : 2013 jusqu'à la fin du financement soit au moins une année .
IV.4 : Zone d’intervention ciblée :Toute la province du Sud-Kivu en générale et la la plaine de Ruzizi du territoire d’UVIRA est prioritairement ciblée pour la sensibilisation, la protection et l’exécution de l’encadrement holistique par des formations multisectorielles mais aussi comme l’entier du territoire du Sud-Kivu connait la même situation des conflits armés et l’extrême marginalisation de la femme rurale vulnérable nous ferons l’exécution de la campagne de sensibilisation communautaire, la prise en charge des bénéficiaires et la protection sur le respect des droits humains en général pour l’application de la CEDEF et la loi sur les violences sexuelles faites aux femmes dans tous les huit territoires du Sud-Kivu cités ci haut.
IV.5 : Domaine du projet : Education et formations multisectorielles et Protection Socio-juridique par prise en charge économique, médicale des victimes. C’est l’éducation, la santé, la justice, économie et la protection.
IV.6 : CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PROJET
La RDC en général et le SUD-KICU en particulier est en guerre pendant plus de seize ans, les conséquences en sont incomptables mais les plus déplorables sont entre autre le cas des femmes retournées du refuge ou déplacées internes de guerre et violences tribales voire armés, Parmi elles nous avons les femmes et filles violées désespérées, très stigmatisées par la société et qui parfois risque de se suicider. Notre asbl UFAPD a ouvert depuis l’année passée a KAMANYOLA le centre médical SALAMA pour juste écouter, conseiller, traiter gratuitement les filles et femmes violées en leur donnant le kit PP et autres médicaments mais toujours sont peu des femmes qui se font soigner et qui dénoncent car elles craignent les représailles et la stigmatisation.
Nous avons aussi les filles qui ont grandi dans des conditions critique et très déplorables telles que les bonnes ou domestiques bénévoles qui ont servi chez autrui pendant longtemps où elles n’avez pas de salaires sauf la nourriture ,vêtement, lit pour bien travailler jour et nuit sans repos, maintenant elles ont grandi sans atouts ni formations de base elles manquent des maris et si elles en trouvent les époux seront pauvres des ressources.
Le problème réside dans l’ignorance d’abord des parents mais aussi des adolescentes qui vivent dans l’oisiveté faute du manque de gratuité d’enseignement primaire et d’autres formations de base; Comme l’école est chère et les parents sont pauvres, chômeurs, en majorité illettrés ils préfèrent alléger la tache en scolarisant seulement les garçons avec espoir de faire marier la fille tôt ou tard et en gagner de la dote. La fille abandonnée a son propre sort ,elle développe un autre mécanisme pour survivre ,elle est intéressée d’étudier mais pas des ressources, certaines se font inscrire mais n’avanceront pas faute des primes scolaires obligatoires mensuellement pour étudier, elle abandonne l’école sans bagage intellectuel et se livre soit dans trois carrières dont les travaux domestiques forcés comme bonne bénévole chez les personnes ayant des ressources , elle peut devenir mendiante ou prostituée ;Cette situation date de longtemps ,alors la presque quasi-totalité des ces filles abandonnées a leur propre sort ont été accidentellement soit par ignorance, par prostitution, par viol été engrossées et comme il n’ y avais pas de consentement ,volonté, projet d’avoir l’enfant ,ce dernier aussi devient ipso facto une charge supplémentaire de la fille qui l’a mis au monde ;Que ça soit une grossesse forcée ou pas ,ici tout se règle encore a l’amiable entre les deux familles et la fille grosse reste dans leur famille car ici la coutume prime sur la loi qui n’est qu’un slogan. La fille-mère signifie dans un langage discriminatoire les filles qui ont mis au monde sans être mariées et dont la responsabilité totale d’encadrer l’enfant n’incombe qu’à la mère qui l’a mis au monde quelque soit sa pauvreté. Dans notre plaine de Ruzizi cinquante ﴾50%) des filles sont des filles-mères et cet accident leur est arrivé de bas âge.
L’autre groupe ciblé c’est les jeunes femmes veuves vulnérables dont les maris sont morts dans les guerres en répétition et dont les enfants manquent d’encadrement. Or pendant 16 ans de guerre imaginer les nombre des veuves que nous avons dans chaque groupement et leur état de vulnérabilité.
Localement sur 5 ménages deux appartiennent aux veuves plus démunies ; C’est pour quoi notre asbl a dans chaque groupement une association des veuves que nous assistons mais le moyen est limité.
L’ampleur de la discrimination de la fille-mère augmente pour qu’elle soit de plus en plus écartée et marginalisée ;Pour en savoir plus voici l’historique
-La population paysanne est en majorité analphabète dans notre zone rurale, la pauvreté et l’insécurité dues aux conflits armés et aux guerres persistantes pendant plus de seize ans ne font que paupériser les villageois et comme toute guerre ne manque pas des conséquences néfastes les violences sexuelles basées sur le genre font l’actualité au point de surnommer notre capitale provinciale la capitale mondiale des viols.
En effet, selon nos recherches personnelles, les adolescents en particulier et les enfants et jeunes majorité sont curieux avec grand intérêt d’avoir une connaissance générale sur la sexualité mais comme la plus part des coutumes interdit aux gens d’en parler sous réserve d’être humilié ou de commettre des tabous que cette population ignorante continue a respecter .
C’est pourquoi les adolescents aiment le cours de la biologie, le civisme, l’éducation a la vie, qui n’est pas détaillée à l’école primaire maintenant les adolescents eux même s’éduquent et veulent régulièrement pratiquer ce qu’ils ont vu sur l’internet sur CD, T.V…
Cette insatisfaction, ignorance, produiront plus tard des conséquences néfastes dans la société ; Aujourd’hui l’on parle chaque jours des violences sexuelles particulièrement les viols en milieu scolaire dont voici la teneur : Existence des points sexuellement transmissibles dans écoles ; Sans prudence la jeune fille peut distinguer mais avec condom la fille satisfaire aux examens, En cas de refus ou de manque de consentement de la fille élève cette dernière doit échouer sans pitié.
La jeune fille mineure ou pas, non avisée aux conséquences y relatives, se rappelle aussi de la totalité de la prime que ses parents ont payé aux enseignants, elle cède librement pour qu’elle réussisse .Les conséquences en sont multiples et déplorables :
L’enseignant immoral qui commit l’acte incivique va convaincre la victime de viol de faire l’avortement dont personne n’ignore les risques sur la santé psychologique et sociale.
Celles qui refusent d’avorter sont nombreuse mais une fois grosse c’est fini elles sont exclues de l’école conformément aux règlements scolaires. A ce point s’observe une autre discrimination car le garçon élève ou l’enseignant qui viole ou engrosse la fille n’est pas automatiquement exclus de l’école ni poursuivie juridiquement, tout ça car la victime ne dénonce pas faute de crainte de la stigmatisation.
L’autre conséquence déplorable pour la fille exclue de l’école suite a la sexualité irresponsable c’est la prostitution car ni la pauvre famille de la victime ni la famille de l’auteur de la grossesse n’accepte la prise en charge de la victime ni de l’enfant fruit du viol d’où la victime doit développer un autre mécanisme pour sa survie et comme aussi elle n’a ni capitale ni atout de formation pouvant l’aider à faire un travail, elle opte pour la prostitution. Comme prédit, tout le monde connait que parmi les conséquences néfastes de la guerre la transmission de VIH/SIDA reste inévitable, C’est une bombe en retardement dont les chercheurs et centres médicaux déplorent déjà le taux de prévalence qui ne fait qu’augmenter faute de sensibilisation y relative et du manque de centre de conseil et dépistage gratuit.
C’est vraiment cette maternité pré causse qui a donné naissance à une nouvelle appellation des filles et femmes qui ont mis au monde sans maris responsable, c’est sont des femmes célibataires ou filles-mères qui sont vraiment marginalisées et dont la seule solution palliative serait la réintégration scolaire dans des écoles d’alphabétisation et d’apprentissage technique encadrées par des organisations locales qui vont les motiver par l’éducation a la vie et par les activités génératrices des revenues pouvant leur produire des revenues a se distribuer comme microcrédits pour qu’elles fassent des petits commerces car toutes ne peuvent pas être capable de faire l’agriculture artisanes.
Pour qu’il ait cette prise en charge des ces personnes marginalisées sur l’entier du territoire congolais nous devons en faire des sensibilisations communautaires d’abord puis des plaidoyers et lobbies aux prêts des autorités nationales pour qu’il y ait une loi en faveur des filles mères et pour qu’il y ait la mise en œuvre de la loi sur les violences sexuelles.
Dans notre pays la femme du militaire dont le mari est mort ne peut plus vivre dans les camps militaires ni avoir le salaire du défunt après le sixième mois ; Elles sont rejetées ailleurs et c’est comme ca qu’un grand nombre vit dans la plaine de Ruzizi sans soutient financier ;A ce groupe des veuves s’ajoute les femmes dont les maris ont été tués dans les conflits armés, tribaux, guerre civile depuis 1996 jusqu’au jour hui et personnes ne les assiste financièrement or elles n’ont rien hérité de leur défunts. Ce sont eux qui abandonnent leurs enfants dans l’oisiveté, dans la rue … et une fois si l’enfant par grâce trouve peu d’argent de quelqu’un mal intentionné ou pas ça devient la ration pour toute la famille. Donc leurs enfants sont des quémandeurs.
Les jeunes filles du peuple autochtones ou pygmées communément surnommées sales personnes des brousses(Batwa) et que les groupes armés appellent ration des militaires car certains groupes armés en auraient mangé la chaire humaine pendant la guerre, Aucune autre personne d’autre tribu ne peut épouser les filles pygmées, elles n’étudient pas, ne sont pas civilisées ; Les pygmées sont les personnes artisanes vivant de la cueillette et chasse dans les brousses environnantes où ils vivent, ils sont naturellement cultivateurs jours et nuit et vivent dans le fins font du village, Ils n’étudient pas, ils se marient entre eux-mêmes.
Les filles des pygmées sont violées régulièrement et les droits des femmes pygmées sont bafoués mais sans dénonciation car les violences faites a ce groupe des gens sont minimisées.
Plus de 90 pour cent des filles et femmes pygmées de la plaine de Ruzizi n’ont pas seulement étudié mais aussi n’ont pas d’activité génératrice des revenues. Cette situation socioéconomique ne les permet pas de réclamer leur droit fondamentale ni d’avoir accès aux soins une fois violées, ni de se plaindre pour réclamer les droits.
Les albinos qui sont des personnes vivant avec albinisme qui est le manque de pigmentation normale due à la mélanine sont devenue des rares gibiers des chasses, comme tout ce qui est rare est chère, les femmes et filles albinos sont aussi traumatisées et marginalisées dans la plaine de Ruzizi.
Les personnes armées non autrement identifiées apparaissent régulièrement pour soit violer, enlever, mutiler, décapiter, tuer les innocents albinos, Ils sont exportés vers la destination de Burundi, Tanzanie et Kenya, les albinos en général mais les filles albinos en particulier en sont régulièrement victimes et cela car dit on que l’albinos est un porte bonheur, Selon leur mythe, l’homme qui viole la femme ou fille albinos ou fait une relation sexuelle consentie ou pas avec elle il devient automatiquement puissant et riche.
Et aussi tout organe humain notamment le sexe, les doigts, cheveux, langues… d’un albinos devient un ingrédient mystique pour opérer des miracles magiques.
Raison pour laquelle les albinos filles surtout ne se déplacent plus sans compagnons fort et preuve en est qu’a Kamanyola on venait de déterrer la nuit une albinos morte et enterrée dont les cadavres est disparu déjà.
Tous les vulnérables ciblés ci haut ont été de temps en temps victimes d’enlèvement par des personnes en armes de différent groupes armes ,de l’armée loyale juste pour leur servir comme bouclier humain, soit pour les aider a transporter les bagages, armes, munitions vers les champs de batailles où les bourreaux auraient eu l’opportunité de les violer ,de les torturer,…de propager les maladies sexuellement transmissibles particulièrement le VIH /sida car la preuve en est que le taux de prévence est entrain d’accroitre dans le territoire car selon d’Uvira où nous n’avons acun centre de conseil et dépistage volontaire excepté celui de Kamanyola où l’infirmière titulaire venait de lancer l’appel au public pour le dépistage car les 3 personnes sur 6 dépistées sont des séropositives.
C’est pour quoi notre asbl UFAPD a sensibilisé les PVV locaux à créer une association mais malheureusement l’association des PVV dénoncent le temps et l’argent qu’ils gaspillent pour atteindre la ville Bukavu où ils prennent des ARV ; Retenez aussi que notre capitale provinciale BUKAVU est devenue la capitale mondiale des viols selon les chercheurs humanitaires. Notre centre médical SALAMA assiste gratuitement les PVV en médicaments traitant d’autres maux liés au VIH/SIDA.
A dire vrai, toutes les personnes de ces quatre catégories des hautes vulnérabilités mangent, dorment, vivent difficilement, elles maigrissent progressivement et personne entre elle ne pèse plus de 5Okg. Les annexes de notre recherche scientifique vous montrent concrètement sans risque de se tromper le nombre élevé enregistré pendant une année 2012 et le sort déplorable des malheureuses femmes, filles, fillettes violées, lynchées, stigmatisée, victimes des violences que notre association et notre centre médicale Salama assiste régulièrement par des écoutes de sondage pour l’assistance psycho sociale, par des conseils, dépistages volontaire, assurance médicale avec l’appui des nos ONG des collaborations dont le BDOM,UNDAV,CODILUSI, fondation IKAM Bukavu et MONUSCO KAMANYOLA qui nous avait appuyé en petite quantité de médicament en faveur des vulnérables locaux.
L’obstacle humanitaire de la paix sociale et du développement durable en question c’est le cercle vicieux entre l’analphabétisme (l’ignorance﴿, la pauvreté et les conflits armés (guerre﴿ ayant entrainé comme conséquences directe la persistance des violences sexuelles basées sur le genre comme arme de guerre pour certains et actes de sabotage pour d’autres. Donc la communauté, enseignants, autorités et associations locales doivent y être associée pour plus d’impact. Comme se sont les pauvres qui sont plus violées nous pouvons juste leur donner de la chance pour se réhabiliter et attaquer les causes des violences y relatives et progressivement traduire les auteurs en justice.
A l’issue de notre enquête, nous nous sommes rendus compte qu’une bonne sensibilisation communautaire sur les droits humains, la CEDEF, lois sur les violences sexuelles, la formation holistique et l’encadrement socioéconomique des bénéficiaires par des activités génératrices des revenues pour leur permettre d’améliorer leur vie seraient l’une des solutions pouvant faciliter les bénéficiaires aux bien-être socio juridico économique .
Pendant notre étude sur terrain et nos enquêtes les notables et la société civile ont été consultés et a la question de savoir qui est plus vulnérable et qui nécessite urgemment l’appui humanitaire ils ont répondu :
Tableau N° Couche sociale plus vulnérable
REPONSES FREQUENCE POURCENTAGE
Jeunes femmes et filles autochtones /pygmées et albinos 18 18%
Filles et jeunes femmes violées, survécues des violences, plus celles atteintes par le VIH /SIDA 22 22%
Filles-mères et jeunes veuves vulnérables retournées de refuge, déplacées internes. 60 60%
Autres 0 0%
Total 100 100%
Source : Notre enquête sur terrain, mai 2012
Commentaires : il résulte du tableau ci-haut que 60 personnes soit 60 % de notre échantillon proposent l’intervention urgente pour secourir les filles-mères et jeunes veuves rurales victimes de vulnérabilité, 18 de 100 interviewés croient qu’il faut aider les peuples autochtones, les albinos et 22 autres préfèrent plaider pour les filles et jeunes femmes violées et celles atteintes par le VIH /SIDA.
Raison pour laquelle nous avons trouvé opportun d’initier ce projet favorable a tous ces bénéficiaires primaires cités ci haut et qui va faire participer ou associer les autorités armés accusés toujours d’être auteurs des violences, ce climat a diminué le degré de confiance entre civile militaire policier et gouvernement. C’est cette confiance que notre sensibilisation pourra restaurer progressivement aussi.
IV.7 : ACTIVITES DU PROJET :
Aucune personne ne saurait s’épanouir tout en étant dans une situation d’ignorance, de désœuvrement ‚d’où la lutte acharnée de tout individu à la quête d’un avocat et d’une activité génératrice de des revenues or pour faire quelque chose il faut d’abord apprendre la formule.
Notre projet comprend trois volets dont la sensibilisation communautaire, la protection psycho-médicale, socio-juridique, et l’encadrement ou formations holistiques et multisectoriels.
1. Nous allons exécuter le projet en commençant par un lancement officiel des activités qui s’exécuteront concomitamment mais avec collaboration des autorités locales.
La première activité qui consiste à lancer le volet de la campagne des sensibilisations communautaires effectives et publiques sur les droits et devoirs de la femme, de la fille en particulier , droits humains, bonne gouvernance, justice en général ; et cela moyennant les émissions aux radios communautaires, provinciales, les projections des modules, films de sensibilisation complète sur les violences basées sur le genre ,la prévention du VIH /SIDA…grâce au cinéma mobile dans les écoles et autres lieux publiques stratégiques et sécurisés du Sud-Kivu.
La publication périodique, trimestrielle ou semestrielle des brochures, magazines, dépliants des nos réalisations selon les incidents et seront remis aux directeurs d’écoles, responsables d’églises, d’asbl, leaders d’opinion …pour la distribution gratuite aux lecteurs ; Les publications seront intitulées : GENRE EN ACTION DE PAIX AU SUD-KIVU.
Tenir des conférences débats sur différents thèmes de sensibilisations de notre projet et a la fin de la conférence notre personnel soignant peut passer au dépistage volontaire des participants si le thème était lié a la pandémie du VIH /sida.
2. L’autre volet c’est la protection ou prise en charge psycho-médicale, socio-juridico, sanitaire …des victimes ; Pendant les sensibilisations et après sensibilisation les assistants socio-juridiques de protection écoutent les victimes traumatisées, a partir de leurs témoignages ces assistants devront les accompagner par une sérieuse prise en charge psycho-juridique pour leur réhabilitation. Apres chaque projection des films dans un milieu donné il y aura un message à publier sur les ondes des radios proches et ce message doit être synthétique pour la sensibilisation du thème de projection et à la fin du message le nom de notre organisation qui exécute et celui d’ONUFEMME qui finance doivent y apparaitre.
3. Le dernier volet c’est l’encadrement par des formations holistiques d’impact multisectoriel dans les OCB de chaque territoire.
Les activités génératrices des revenues seront faites après recyclage du personnel mais pendant la formation des bénéficiaires il y aura déjà des productions car on va faire le Learning by doing et la devise en est ENTRER DANS L’OCB POUR APPRENDRE COMMENT CHANGER COMPLETEMENT ET Y SORTIR FORME POUR BIEN SERVIR LA COMMUNAUTE ,c’est la devise. Ce sont les bénéficiaires qui en profiteront des productions d’importances lucratives pour leur future autonomisation car ils vont vendre la moitié de leurs revenues mensuelles pour en garder un montant capable de leur servir en microcrédit, en abonnement à la mutuelle de santé…
Nous tiendrons occasionnellement des conférences et ateliers pour renforcer la sensibilisation et la capacité.
4. Organisation mensuelle des génies en herbe dans différentes écoles pour encourager les élèves qui réussissent au questionnaire du genre et lutte contre les violences et l’impunité en leur donnant peu des fournitures scolaires.
5. Coordonner avec les éducateurs a la vie et les médecins locaux sur la meilleur façon de distribuer les préservatifs /condoms qui sont toujours rares et chères dans différentes localités.
6. les champs pilotes et élevage en stabulation.
D’où nous en aurons comme étapes détaillés :
L’Acquisition du financement :
• Achat des modules et du cinéma mobile pour la projection publique
• Achat des machines à coudre et autres accessoires pour la fabrication des savons.
• Achat des ruches, poules.
• Recrutement du personnel
• Recyclage du personnel
• Formation des bénéficiaires
• Mise en route effective des activités GR et de l’alphabétisation…
• Début des sensibilisations dans les écoles, et début des formations dans des OCB et voici la totalité des formations à dispenser :
1. La coupe et couture
2. Fabrication des savons, saponification
La stratégie de la mise en œuvre de ces deux activités génératrices de revenues se fera comme suit : Pendant la formation, les bénéficiaires seront entrain d’apprendre tout en fabriquant et les produits seront vendus afin d’avoir de l’argent de la caisse de solidarité. C’ est le learning by doing motivé par le Principe de no work no food, no food no life…
3. Apiculture, entretient des ruches
4. Cuisine améliorée ou art culinaire
5. L’aviculture, entretien de poulailler
6. Alphabétisation associée a la notion d’Anglais pour plus de motivation l’apprentissage de la langue anglaise est chère et d’intérêt capitale dans la société.
IV.8 : STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE
Nous allons travailler avec la société civile en place, la MONUSCO BUKAVU et UVIRA, les autorités locales tant civiles que militaires avec qui nous procéderons à la sélection des vraies bénéficiaires ciblées dans touts les huit territoires du Sud-Kivu dont un seul territoire de SHABUNDA est plus grand que le RWANDA. Dans la protection des droits humais …
En effet, pour la bonne prévention des violences faites aux femmes, pour l’efficacité de la sensibilisation communautaire y relative, pour la bonne prise en charge holistique, pour bien renforcer la capacité des organisations communautaires de base surtout pour motiver la population et intéresser les vulnérables locaux de participer activement aux activités ,pour la prise de conscience et changement du comportement nous avons opté pour les stratégies suivantes :
- L’approche genre et développement communautaire, Comme les résultats de nos recherches nous montrent que c’est toujours l’homme qui est l’auteur principal des violences sexuelles faites aux femmes nous n’allons plus l’écarter pour qu’il ne soit de plus en plus agressif ou stigmatisé, car dit-on tout ce qu’on fait sans l’homme c’est fait contre lui ; Nous optons pour l’approche associant l’homme et la communauté pour la prise de conscience afin que l’homme soit persuadé de créer une synergie harmonieuse avec sa femme.
Le bien être de la famille en est l’un des indicateurs car les agents du changement sont les témoignages positifs des enfants. L’entraide entre femme et homme reste incontournable et ne s’oppose pas au principe disant que chacun est maitre ou responsable de son corps, de ses biens… d’où l’idéal c’est de tout faire pour éviter les déséquilibres entre les époux , fiancées ,homme et femme, fille et garçons mais qu’il ait harmonie et jamais la discrimination sexiste car la femme et l’homme ont droits et devoirs de développer la communauté et sans l’un l’autre ne peut rien faire, c’est le cas de procréer les enfants ,il faut toujours l’homme et la femme.
-La méthodologie pour la mise en œuvre du cinéma mobile :
Notre groupe comédien et théâtrale de Bukavu avec notre bande musicale de Kamanyola et l’équipe cinéaste d’Uvira assistés par la coordinatrice et les assistants psycho-socio-juridiques de protection de chaque OCB concevront et composeront des spectacles, sketchs, théâtres, films,… dans des langues locales de chaque territoire que nous projetterons sur écran public pour vulgariser le message de no violence, de cohabitation pacifique, de lutter contre les VIH/SIDA et les viols, contre la discrimination sexiste, tribale, et autres formes de violences faites aux femmes; Le reste de messages audio seront enregistrés pour être vulgarisés par séquence par les radio communautaires avec les quelles nous devons collaborer.
Pour rendre publiques nos actions et renforcer la sensibilisation communautaire certains de nos huit sensibilisateurs communautaires passeront mensuellement dans différentes studio, radio de la province pour parler brièvement des nos actions, activités…
L’Impact est certain car hommes et femmes ruraux doivent tout écouter et visualiser attentivement car il n’ ya pas de films gratuits au village et surtout les villageois sont des fideles auditeurs des radios fautes du courent électrique.
Autres Méthodes :
• Mobiliser les communautés par la création de groupes d'entraide, groupes de surveillance communautaires, Groupes ayant des comites d’alerte pour le changement du comportement , organisation visant le bien être de la femme c’est l’OCB qui est une organisation communautaire de base et qui doit avoir des points focaux dans chaque groupement du Sud-Kivu.
• Offrir des opportunités aux femmes d'exercer leurs droits sociaux, économiques et politiques
• Lutter contre les pandémies intimement liées au VIH/SIDA et aux violences à l'égard des femmes.
• Créer le mécanisme d’alerte, d’intervention, de protection, et de suivi juridique des auteurs pour l’indemnisation de la victime avec la collaboration de la MONUSCO, et autorités locales qui ne cessent de dénoncer le retard dans le partage d’information, la mauvaise coordination ,l’immensité de la province, le manque de confiance et collaboration entre victimes et agents de l’ordre.
• Guider, faciliter, la femme dont les droits sont violés pour en faire un plaidoyer, suivie, et rapport…
Les bénéficiaires vont former une OCB « organisation communautaire de base dirigée par une femme autochtone, élite, diplômée et formée ayant réussi au test de connaissance prouvant son expérience. Elle est assistée par quatre personnes dont un assistant psychosocial de protection juridique, une secrétaire, une caissière et d’un conseiller ; Les présidentes responsables des OCB et les assistants socio-juridiques de protection doivent démontrer qu’elles connaissent cette matière relative au genre et prévention des violences qu’ils vont vulgariser.
L’OCB gère dans sa caisse pour chaque groupement le pourcentage appelé Caisse sociale qui est de 50% des recettes ou revenues mensuelles qui constitue chaque année une somme considérable qui servira d’abord comme droit d’adhésion dans la mutuelle de sante du sud Kivu pui comme microcrédit des bénéficiaires dont chacun d’eux sera éligible pour l’octroie d’un microcrédit pouvant lui servir d’initier des petits commerces, Chacun parviendra à acheter son propre champ, a construire sa propre maison, a payer le labour, semences pour faire l’agriculture, a se nourrir facilement, prendre en charge sa famille, a scolariser ses enfants, a développer un mécanisme de lutter contre les violences …L’OCB sensibilise les ménages pour le dépistage volontaire et la première réalisation du projet sera l’adhésion volontaire et progressive des bénéficiaires dans la mutuelle de la santé du sud- Kivu afin que les bénéficiaires aient accès gratuits aux soins de santé. En outre, tout bénéficiaire ayant demandé le microcrédit pourra rembourser la somme retirée dans son OCB sans intérêt dans l’échéance de six à une année selon votre conseil. L’octroi des crédits sera provinciale pour dire que les revenues de la province X peuvent servir la province Y.
Quant au pourcentage restant de 50%, il constitue le salaire mensuel que les OCB doivent se partager pour essayer de satisfaire leur besoins.
C’est cette stratégie qui en constitue la pérennité du projet une fois qu’l n’y aura plus de financement car les bénéficiaires continueront donc cette stratégie d’octroyer entre elles mêmes leur microcrédit, et pourront exercer n’importe où des activités apprises que elles mêmes peuvent même financer par autofinancement.
Quant aux sensibilisations communautaires par cinéma mobile, Sur proposition de la présidente de l’OCB confirmé par l’assistant socio-juridique territorial qui est l’ œil et oreilles dans chaque territoire peuvent demander à l’équipe de cinéma mobile composée de la coordinatrice et de deux sensibilisateurs de se déplacer officiellement partout au sud Kivu pour vulgariser la matière de sensibilisation relative aux formes de violences rapportées sur place et qui y font l’actualité, l’équipe y va pour un a deux jours et sera reçue par l’OCB ,la société civile, les autorités locales.
Normalement il faut deux sensibilisations audio visuelles de cinéma mobile par mois, ce qui fait 24 par an. Il faut aussi un message de sensibilisation audio diffusé chaque mois, ce qui fait douze messages de sensibilisation audio enregistrés et rendu publique sur la voix des ondes de la province chaque année ; Tous ces messages doivent avoir comme but de combattre toute forme de discrimination a l’égard de la femme pour qui nous plaidons.
Dans nos sensibilisations nous seront professionnels et diplomatiques car désormais la victime pauvre qu’elle est ne payera plus de l’argent a l’avocat, les assistants socio-juridiques suffisent pour la prise en charge juridique. Sinon les femmes ont toujours eu peur de dénoncer et de se plaindre fautes de manque des connaissances et ressources y relatives car la justice appartient aux hommes forts ou riches.
• IV.9 : OBJETCIFS ET BUT DU PROJET
L’objectif d’un projet c’est son ultime raison d’être, sa profonde justification, c’est à quoi il recherche l’éradication notamment les antivaleurs et autres violations et viols et violences citées ci haut et cela par l’éradication de l’ignorance et par l’apprentissage des activités techniques pouvant garantir au ménage ‘avoir des subsistances suffisantes.
-Dans ce projet, l’objectif principal est la lutte contre l’ignorance, la pauvreté, l’injustice en générale mais surtout les violences sexuelles faites a la femme rurale au Sud-Kivu en particulier.
Les objectifs secondaires à atteindre sont multiples:
• Développer des stratégies ayant un impact élevé pour la prévention primaire de la violence à l’égard des femmes et des filles, c’est-à-dire des stratégies pour empêcher d’emblée toute violence de se produire par une approche communautaire d’intervention.
• Garantir l’accès des survivantes à l’éducation, à la protection et à la justice.
• Donner aux femmes les moyens de faire valoir leurs droits et mobiliser les communautés sur la « tolérance zéro » par l’information juridique et la mobilisation sociale autour des lois nationales et locales, les politiques et les plans d’action autant qu’au moyen d’opportunités socio-économiques pour les femmes afin d’arrêter les violence par le fait de donner pouvoir aux femmes ,lui donner l’emploi…
• Le renforcement des efforts pour prévenir et traiter la violence sexuelle dans les situations de conflit, notamment lorsqu'elle se produit à grande échelle ou comme tactique de guerre systématique de l’État et/ou d'acteurs privés.
Répondre aux besoins et aux droits de groupes particulièrement exclus et négligés, tels que les femmes et les filles vivant dans la pauvreté et l’extrême pauvreté, les adolescentes et les jeunes violentées , les employées domestiques méprisées , les communautés autochtones marginalisées, les femmes vivant avec le VIH /sida , les femmes et les filles qui ont été victimes des viols, de violence politique ou économique, les liens entre le VIH/SIDA et la violence sexuelle dans les zones de conflits ou de post-conflits entrainant pour elles la discrimination .
• Le recrutement d’acteurs relativement ‘nouveaux’ ayant un rôle essentiel à jouer, mais largement inexploité, pour prévenir et traiter la violence à l’égard des femmes et des filles, tel que les hommes et les garçons, les jeunes gens, les organisations confessionnelles, les employeurs et les syndicats, entre autres groupes et secteurs stratégiques.
• Le soutien à la mise en œuvre d’instruments internationaux et régionaux sur les droits humains et de recommandations pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes proposées par des organismes des droits humains, y compris le Comité de la Convention sur l’Élimination de toutes les Formes de Discrimination à l’égard des Femmes (CEDEF) et le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la violence à l’égard des femmes, ses causes et ses conséquences, entre autres procédures spéciales.
• Contribuer activement pour que les objectifs du Millénaire soient atteints dans notre province, pays la RDC.
• Doter chaque territoire d’une connaissance fiable sur les droits humains en général et les droits de la femme en particulier, que dans chaque territoire du Sud-Kivu nous ayons une OCB dotée d’une présidente et d’un ou d’une assistante socio-juridique de protection pouvant dénoncer et nous faire rapport sur les violences basées sur le genre a chaque fois qu’il ya eu.
• Créer huit organisations communautaires de base OCB dans les huit territoires le plus conflictuels.
• Avoir des sources fiables sur l’entier du territoire du Sud-Kivu pour qu’il ait des données probantes relatives au calvaire des femmes rurales afin de bien en faire le plaidoyer et lobbies.
• Réduire le chômage, l’analphabétisme, la pauvreté, l’insécurité, la prostitution, et autres antivaleurs qui contribuent pour la persistance des violences faites aux femmes.
• Promouvoir le genre et égalité des sexes jusqu'à ce que la totalité de nos bénéficiaires soient abonnée a la mutuelle de santé et qu’ils aient un défenseur juridique pour défendre gratuitement leur droits sinon la justice paupérise toujours les femmes.
• Donner aux bénéficiaires l’avoir, le savoir et le pouvoir pour s’autonomiser légalement.
IV.10: LES BENEFICIAIRES ET PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET
Les acteurs de ce projet devraient être entendus comme toute personne ayant la main mise sur le projet et qui participe à ses activités ; ceux-ci seront donc : les initiateurs du projet « UFAPD asbl »,Les collaborateurs dont la société civile et les autorités locales, les personnels recrutés pour son exécution « formateurs, sensibilisateurs, superviseurs, coordinatrice…,sont des bénéficiaires indirectes ; Les bénéficiaires primaires pour chaque année sont le cent (100) personnes de chaque territoire dont les filles autochtones pygmées , albinos et femmes des militaires, filles et jeunes femmes violées, déplacées internes, retournées du refuge, plus celles atteintes par le VIH /SIDA sans oublier les filles-mères et jeunes veuves vulnérables affectées par la guerre et conflits armés et tribaux.
Donc les bénéficiaires directes sont en total huit cent personnes chaque année ce qui fait deux milles quatre cent bénéficiaires pendant trois ans.
En outre le bien-être de notre population ciblée entraine le bonheur, paix et social de nos voisins Rwandais, Burundais, Tanzanien car ils pourront aussi en bénéficier indirectement par ce que nous ne sommes séparés de se deux pays que par moins de cinq kilomètres. Bref c’est un projet que les pays de grands lacs peuvent profiter aussi.
IV.11: DE LA DUREE DU PROJET
Ce projet exige un temps maximal de 24 a 36 mois (renouvelable ou pas selon le budget et moyens et les résultats obtenus). 2013 a 2015 au minimum ou jusqu’en 2016 au maximum.
IV.12: NATURE DU PROJET /LOIS, POLITIQUES, PLAN D’ACTION :
Le projet contribuera à la mise en œuvre de la loi spéciale sur les violences sexuelles promulguée par le chef de l’Etat mais qui reste méconnue par les citoyens ruraux et qui n’est pas concrètement mise en application. Il fera aussi la vulgarisation de la CEDEF en milieu rural.
Il contribuera aussi a la Politique de la RDC de tolérance zéro sur les violences faites aux femmes tel que prôné par le gouvernement de la RDC.
Quant au Plan(s) d’action, l’exécution avec succès du projet augmente les chances dans la zone rurale pour que les OMD y soient atteints par l’approche genre que prône le gouvernement.
Il est un projet de paix et développement à caractère socio-économique dans l’approche genre et respect des droits humains ; s’inscrivant dans le cadre de lutte contre les violences basées sur le genre, l’ignorance et la pauvreté. Il est social dans la mesure il vise le bien être de la femme en améliorant les conditions socio-économiques de celle-ci. Raison pour la quelle nous allons rendre ce projet multisectoriel pour plus d’impact.
Il contribuera a l’application et a la vulgarisation des différentes résolutions de l’ONU pour la promotion de la femme dont la résolution 1325,1888,…
IV.13 : RESULTATS ATTENDUS:
1.Notre projet va changer progressivement la vie de vulnérabilité, de marginalisation, d’ignorance, de désespoir, d’insécurité…de nos bénéficiaires endéans trois ans d’exécution du projet pour qu’en Janvier 2014 tous les bénéficiaires de la province seront déjà abonnés à la mutuelle de santé du Sud-Kivu pour qu’elles aient l’accès total aux soins gratuits ;L’abonnement individuelle pour toute l’année c’est 5$ et pour chaque traitement médicale la mutuelle paie 80% de la facture médicale et le patient paye 20% ;Pour nos bénéficiaires le 20% restant ou que doit payer le patient sera retiré de la caisse de solidarité dans chaque OCB.
2. Faciliter les PVV à ne plus voyager vers BUKAVU, Rwanda, Burundi pour y séjourner et dépenser beaucoup d’argent pour qu’ils aient des ARV,KIT PP Votre organisation si possible, notre organisation aussi et surtout va monter un mécanisme d’arrangement, de collaboration avec d’autres ONG locales telles que la CODILUSI et le PNMLS qui luttent contre le SIDA afin d’en avoir dans notre propre centre médicale dénommé SALAMA.
Persuader urgemment les filles et femmes violées d’aller se faire consulter endéans 72 heures pour plus de chance d’éviter le pire et faciliter l’autonomisation de 2400 bénéficiaires ciblées endéans trois ans.
3. Qu’a l’issue du projet les huit zones rurales du Sud-Kivu toutes étant dans une situation sécuritaire volatile et poste guerre aient un moyen de répondre à l’appel du Secrétaire Général des NU de rendre la violence à l’égard des femmes « jamais acceptable, jamais excusable, jamais tolérable », dans le cadre de la Campagne « Tous Unis pour Mettre Fin à la Violence à l’égard des Femmes », (UNiTE),lancée en 2008. Grâce aux subventions,
Qu’il y ait un bon marché local des produits des activités GR notamment du miel, poule, œuf, vêtement ,savons,… afin de lutter contre la pauvreté et la malnutrition.
4. Qu’il y ait réduction du prix des vêtements, des savons, du miel, des poules … dans les marchés locaux à partir du sixième mois d’exécution du projet.
5. Qu’il y ait éradication de la mendicité, oisiveté,… de la jeune fille…
6. Qu’il ait prise de conscience individuelle et communautaire sur l’importance de l’harmonie incontournable de la fille et femme, la parité homme femme et égalité des sexes…
7. Que la femme rurale marginalisée soit réhabilitée, indemnisée, dotée d’atouts, retrouve l’espoir de vivre en paix et dignité.
8. QU’en 2015 pendant que le projet sera entrain de finir chaque bénéficiaire ait pour son autonomisation les trois piliers clefs de la vie dont le savoir, l’avoir et le pouvoir : l’alphabétisation, formations, champs pilotes, poules, machines à coudre, libre accès aux soins gratuits, éligibilité d’octroi des micros crédits de la caisse de solidarité, couturières professionnelle, employeuses d’ateliers ou d’usines de saponification-savonneries, bref femmes réhabilités ,capables de créer et produire, digne de respect et d’économie capable de nourrir le ménage basée sur des bonnes et durables ressources.
• Que cette opportunité améliore la vie de 100% de nos bénéficiaires cibles et que toute la population du Sud-Kivu soit sensibilisée sur les droits et devoirs civiques de la femme en particulier et de l’homme en général car le bien-être de la femme entraine le bonheur de l’homme.
• Que toutes ces jeunes filles et femmes marginalisées trouvent facilement a manger, a boire, a se vêtir, autres ressources et atouts tel que l’éducation …
• Que nos bénéficiaires soient tous alphabétisées, formées, employées ou capable de faire professionnellement les activités lucratives apprises pour leur détraumatisation.
• Qu’ils soient tous formés en techniques des activités génératrices de revenues pour désillusionner la communauté.
• Qu’ils aient tous accès facile à la justice et aux soins médicaux
• Comme les résultats attendus sont nombreux je vais insister sur les indicateurs des violences que nous voulons éradiquer. C. a. d que les bénéficiaires en particulier et les sud kivutiens en générale témoignent que nous allons conjuguer les efforts pour éradiquer toutes les formes de violences faites aux femmes.
• Nous voulons à ce que le projet transforme cette situation d’extrême pauvreté en situation digne de bien être sociale des bénéficiaires ne souffrant plus de chômage, de pauvreté, ignorance, insécurité, impunité,…qui constituent le calvaire de la femme congolaise du Sud-Kivu.
• Ce tableau nous indique quelques détails relatifs a la situation problème que nous voulons changer par proposition des solutions possibles :
Problèmes pourquoi ? Cause Autres raison Autres Causes Solution
Possible
Dans chaque groupement du territoire d’Uvira de Fizi ,Walungu au Sud Kivu en général mais particulièrement dans la plaine de Ruzizi les femmes violées, filles-mères, jeunes veuves, filles albinos ,orphelines adolescentes toutes affectées par les conflits armes et conflit tribal entre Fuliru et Barundi où nous ajoutons les femmes pygmées marginalisées épouses des personnes du peuple autochtones et les femmes des familles des déplacés internes et retournés de refuge sont en souffrance totale sans aune occupation dont la production peut même nourrir leur ménage… Parce que Incapacité ou manque des ressources de faire étudier ou former les jeunes villageois… A cause de Manque des ressources adéquates pour le bien-être de la famille Ces bénéficiaires vulnérables des différentes familles dans chaque localité peuvent être enregistrés pour une formation et sensibilisation sur les moyens et techniques de faire des activités génératrices des revenues pour améliorer leur vie.
Par l’octroi des micros crédit a travers lesquels chaque famille du bénéficiaire peut être capable de supporter l’éducation des enfants et s’auto former, s’auto suffire économiquement
La jeunesse qui ne s’intéresse pas de l’agriculture Cause L’agriculture est difficile, nécessite beaucoup des mois et beaucoup d’entretiens et sans rendement pour certains. Pour nos bénéficiaires l’agriculture peut changer de l’artisanat à la modernité d’usage des machines ou de bénéficier d’intrants agricoles modernes pour en faire bonne formation, bonne production et bon marche.
Rareté et chômages des jeunes bénéficiaires dans cette entité Raison Manque d’autres ressources de subsistance à part l’agriculture Création d’activité génératrice des revenues comme moyen alternatif des ressources durables d’impact socioéconomique en faveur des jeunes filles notamment : La coupe et couture, la fabrication des savons, l’apiculture,…
L’exode, déplacement ou autre mouvement des homes à la recherche d’emploi insécurise la famille abandonnée Parce que Manque d’activité de revenues suffisantes au niveau local. Par ce que L’agriculture à la main n’est pas rentable, elle dure longtemps et exige beaucoup l’agriculture peut changer de l’artisanat à la modernité d’usage des machines ou de bénéficier d’intrants agricoles modernes pour en faire bonne formation, bonne production et bon marche.
La femme doit travailler comme une machine dans le secteur informel pour nourrir les enfants et le ménage. Parce que Manque de ressources durables pour nourrir le ménage Car La femme ne gagne rien dans son micro entreprise du secteur informel pour nourrir et scolariser les enfants
La femme est insécurisée, marginalisée, la discrimination sexiste ne lui donne pas accès aux facilites économiques ni l’accès en justice… Micro entreprises profitables peuvent être mise en œuvre en faveur des nos femmes bénéficiaires qui peuvent bénéficier de l’octroi des
Micro finance pour leur autonomisation ou women empowerment …

La solution finale au problème c’est l’idée fondamentale de notre projet dont l’exécution reste incontournable pour le changement de vie de bénéficiaires.
IV.14 : FAISABILITE DU PROJET
Ce projet est l’une des solutions au problème ressenti et exprimé par les habitants du territoire interviewés lors de nos enquêtes sur terrain.
Pendant cette période de poste guerre tous les habitants locaux veulent la paix car nous sommes fatigues des guerres, le climat est favorable car il ya du calme et partout où il ya encore persistance de l’insécurité nous ne pouvons pas y aller pour se sacrifier sauf en cas de mission spéciale avec protection onusienne.
La protection des personnes faibles en particulier et la promotion des droits humains en générale étant au centre de toutes les actions à l’échelle mondiale, l’homme étant lui-acteur de la destruction de son environnement, il est aussi appelé à le protéger. La pauvreté constitue une menace permanente à la population rurale, pourtant, socle de toute vie, l’homme est appelé à la combattre avec détermination et maitriser des techniques y relatives, d’où il est obligé d’apprendre pour ne pas périr par manque de connaissances. Avons donc opté pour une action durable en initiant ce présent projet. Il nous paraît dès lors faisable et ne présente aucun inconvénient et d’ailleurs les notables et nos membres sont déterminer pour qu’il y ait changement et respect de la femme que nous voulons promouvoir, protéger,…
En outre, il y aura alphabétisation, sensibilisation communautaire et prise en charge psycho-socio-juridique des victimes des violences basées sur le genre dans les huit territoires ; Seul le territoire d’UVIRA bénéficiera de la coupe et couture car il y a accessibilité aux intrants besoins aux produits finis et bon marché des vêtements , le territoire de FIZI bénéficiera de la saponification car c’est le territoire le plus riche en palmiers et huile de palm qui est le principal intrant ou ingrédient de la saponification, le poulailler pilote est réservé au territoire de SHABUNDA. Pour le territoire de WALUNGU c’est les ruches d’apiculture pilote, pour tous les territoires il faut que les bénéficiaires profitent de l’alphabétisation, la formation en art culinaire et la sensibilisation communautaire sur le géant écran.
Nous proposons aux bénéficiaires et ils optent de leur gré, la sélection des membres donc dépend de leur propre intérêt, leur âge, milieu, connaissances de base…Au fur et a mesure que les activités évoluent bien UFAPD et ses partenaires vont avoir un autre mécanisme d’autofinancement pour lancer d’autres initiatives afin de mettre en œuvres d’autres AGR dans les territoires restant notamment celui d’IDJWI,KABARE ,MWENGA,KALEHE qui n’ont pas d’AGR d’impact. Pour le territoire d’IDJWI c’est la formation en art culinaire qui complète la sensibilisation et la prise en charge des bénéficiaires.
Bref, tous les huit territoires bénéficient sur les activités de sensibilisation communautaire, les activités de prise en charge psycho-sociaux juridique de protection des victimes, et les territoires où pendant longtemps les conflits armés, pauvreté, et leurs corolaires ont fait rage et persistent encore.
D’où nous concluons en disant qu’il n-ya pas d’obstacle contre la mise en œuvre du projet.
IV.15 : ORGANISATION ET ATTRIBUTIONS DU PERSONNEL DU PROJET
Pour sa bonne marche et réalisation, le présent projet aura besoin d’une main d’œuvre qualifiée constituée essentiellement de :
• Coordonatrice du projet : chargée d’assurer la mise en œuvre effective de toutes les activités prévues dans le cadre de ce projet dont il en est la répondant responsable. Elle doit être un TDR, un maitre juriste, manageuse, professionnelle de santé, recrutée selon une procédure rigoureuse de recrutement officiel.
• Six formateurs – animateurs : avec pour mission procéder à la formation holistique des bénéficiaires, animer d’autres émissions de sensibilisation communautaire dans des radios communautaires,… Etre formé, techniciens en développement rurale leur ferait un atout.
• Un chargé de suivi – évaluation : s’assurer de la mise en œuvre pratique du projet. Procéder aussi à l’évaluation mi-parcours et final du projet en étroite collaboration avec la coordonnatrice et les bailleurs de fonds.
• Huit (08) présidentes des OCB qui seront élues par la communauté du groupement dans lequel elle vit représenté par les notables, forces, police et leaders d’opinion pour plus de crédibilité. Le diplôme d’Etat fait pour elle un atout obligatoire.
• Les huit ﴾08) OCB TERRITERIALES qui représente respectivement les territoires de Walungu, Fizi, Kabare, Shabunda, Mwenga, Kalehe, Idjwi et Uvira et dont chacun sera doté d’un assistant psycho-sociaux -juridique de protection.
Les candidats doivent avoir comme profil la bonne réputation et connaissance en droits humains, défenseure juridique, elles doivent être formées, diplômés et brevetés en droit de l’homme. Ils seront les yeux et oreilles de nos organisations, faire le monitoring sur les cas des violences faites au genre, basées sur le genre, dénoncer les viols, rapporter chez UFAPD, L’UFAPD en fera suivi et rapport aux bailleurs et pour y réagir l’équipe du cinéma mobile doit se rendre urgemment là où il y a eu violence pour la sensibilisation communautaire afin que cela ne se reproduise plus.
En bref, les réponses au questionnaire suivant constituent quelques attributions et activités humanitaires principales des présidentes des OCB et assistants psycho-juridiques de protection:
1. Quels sont les avantages possibles pour la victime de violence sexuelle si elle accède aux soins de santé appropriés (Kit PEP) dans les 72 heures qui suivent le viol ?
Une victime des violences sexuelles qui accède aux soins de santé primaires a des avantages suivants :
 Elle est protégée contre toute maladie infectieuse qui peut surgir comme :
- les maladies sexuellement transmissibles, telles le VIH-SIDA,
- les grossesses in désirées,
- Les infections vaginales d’ordre hydriques
Dans tout les cas, ce la veut dire que, si la victime a reçu le KIT PEP dans les 72h, on peut espérer qu’elle est protégée contre les infections et autres maladies sexuellement transmissibles. Après ces soins, on devra assurer d’autres Assistances sanitaires, tels les écoulements vaginaux,…
1. Quels sont les principes directeurs dans l’accompagnement des femmes et filles victimes des violences sexuelles ?
2. Comment vous compter pérenniser ces principes ?
- La confidentialité : Ce lui qui accompagne les VVS doit traiter les informations recueillis auprès de la victime avec beaucoup plus de la confidentialité, ce la pour permettre que la victime puisse se confier à lui en fournissant beaucoup plus d’informations possibles.
- Le respect de la dignité de la victime : Il doit traiter la victime avec dignité, créer un climat de respect et collaboration enfin que la victime ne se sente pas abandonner, aider la victime a surmonter son problème et lui montrer qu’elle est encore utile à la société.
- La sécurisation de la victime : dans tout le cas, l’accompagnateur doit assurer la sécurité de la victime, c’est pour garantir la victime que, ce qui lui est arrivé ne pourrait plus se répéter.
3. Le manque de dénonciation de la violence sexuelle est lié à trois facteurs. Lesquels ?
- La peur des représailles de la part de la victime : Les VVS ne sont pas toujours près a dénoncer ce qui leur arrive de peur que leurs auteurs peut être informer et venir reprendre le forfait, pour le cas d’assistance juridique, elles ont toujours peur d’affronter l’auteur si il est connu, pensant qu’après cette étape, l’auteur va se venger.
- La stigmatisation, La victime penses être mal vu dans la communauté et pointer du doit par tout les monde, ainsi elle se trouve dans l’obligation de se replier sur soi-même, dans ce cas, elle a besoin d’une assistance psychosocial.
- La victime a la honte, et d’avoir perdu l’estime de sois, elle pense être seul au monde et pense que ce qui lui est arrivé n’a jamais arrivé à d’autres personnes
4. Quelle stratégie pouvez-vous utiliser pour identifier les groupements féminins partenaires a notre projet ou au GBV?
Je dois commencer par :
 l’installation des structures relais (composé des leaders féminin et autorités coutumières) grâce aux contacts d’investigation et d’installation dorénavant faites,
 dans ces structures se tiendra des rencontres (hebdomadaires ou mensuels, selon les besoins) où des réunions, d’abord avec ces gents cité haut, dirigé par eux-mêmes et orienter par nous,
- on leur expliquera de quoi il s’agit,
- nous faisons quoi,
- quand,
- comment,
- pour qui
- pourquoi
- où,
 en sembles nous allons discutés sur les organisations et groupements existants dans leur communauté ;
 pour cette fin, nous allons larguer les invitations, invitant ces organisations ;
 en suite nous allons hiérarchiser selon notre objectif les groupements dont nous avons besoin ou avec les quel nous allons travailler,
 En fin nous allons commencer le processus.
5. Les organisations communautaires de base sont en majorité composées des victimes de viol souvent rejetées par les autres membres de la communauté
Qu’allez-vous faire pour faciliter leur intégration et leur acceptation dans la communauté ?
Avant tout il faut leurs assurer une assistance psychosociale, leur montrer que le problème qui leur arrive, elles n’en sont pas responsables, et qu’elles sont encore utiles à la communauté. D’autant plus qu’elles sont rejeter dans la communauté ; grâce au richement d’une assistance économique ou si celle-ci est inexistante, je vais initié grâce a l’approche participative, a des petits travaux collectifs, des rencontres participatives, des activités des groupement où elle fait partie prenante et où elle s’approprie la démarche suivis
6. Comment procéder pour élaborer un microprojet avec une organisation communautaire de base sans expérience dans le domaine ?
Pour bien appréhender cette démarche, je vais d’abord recycler les capacités d’un nombre représentatif constituant l’OCB si ce la s’avère vraiment indispensable.
S’agissant de l’élaboration, je vais faire participer l’OCB à toutes les phases de l’élaboration (conception - élaboration), partant des leurs propres besoins exprimés dans le domaine.
Ce la traduit la « base line ».
7. Travailler dans le domaine des violences faites aux femmes implique de prendre certaines précautions. Quelles stratégies utiliseriez-vous pour assurer votre sécurité et celle des organisations avec lesquelles vous travailleriez ?
La collaboration avec les autorités locales (autorités judiciaires, police, armée…) religieuses et les détenteurs d’enjeux (personnes ressources dans les domaines répression des violences sexuelles) leaders d’opinion présents dans la communauté.
Ce la s’explique du fait que, quelquefois les milieux ruraux sont hostiles aux innovations ; avant d’entreprendre telle ou telle autre action, il s’avère indispensable de contacter les autorités et les détenteurs d’enjeux,
Du fait que ce la ne suffit pas, on doit rester en étroite collaboration et parfaites harmonies avec eux, leur montrer les problèmes qui existent et la nécessité de s’y investir, leur montrer combien le travail à faire est délicat et nécessite protection.
IV.15 : APPROCHE :
L’approche pour notre projet est d’associer l’homme la femme et la communauté a l’effort de la femme pour créer la synergie harmonieuse dans la famille d’abord, dans la société et dans la vie professionnelle pour qu’il ait cohabitation pacifique entre homme et femme en particulier et résultats escomptés des activités génératrices des revenues du domaine multisectoriel pour la promotion communautaire en générale. Raison pour la quelle nous avons opté pour la campagne de sensibilisation communautaire avec cinéma mobile comme méthodologie d’impact rapide public et durable, C’est ce qui prouve notre stratégie d’approche genre et développement communautaire.
L’approche genre et développement associant l’homme et la femme pour la restauration et la création de la synergie harmonieuse entre homme et femme pour l’amour, l’entraide de cohabitation pacifique en serait l’idéal.
Bref ce sont les approches axées sur les droits humains et les approches intégrant la dimension de genre plaçant une priorité absolue sur la promotion, la protection et l’accomplissement des droits fondamentaux des femmes et des filles, ainsi que sur le renforcement des capacités institutionnelles aux niveaux local et national pour éliminer toute forme de violence à l’égard des femmes. Il s’agit notamment de traiter les normes sexospécifiques injustes et les inégalités de pouvoir comme la principale cause de la violence à l’égard des femmes et des filles, et comme une violation des droits humains et obstacle au développement.
Nous donnons la priorité aux initiatives basées sur les approches suivantes:
• le renforcement des approches holistiques et multisectorielles ainsi que la collaboration avec plusieurs parties prenantes;
• la promotion de l'engagement de nouveaux agents et groupes stratégiques;
• l'investissement dans la mise en place d'un suivi systématique et exhaustif visant á fournir une base probante des "expériences concluantes" dans le domaine de l'éradication de la violence á l'égard des femmes et des jeunes filles.
IV.16: BUDGETISATION DU PROJET :
1. KIT CINEMA MOBILE DE SENSIBILISATION POUR LA PROJECTION PUBLIQUE
• Tableau 1 :
Sensibilisation
DESIGNATION QUANTITE PRIX en $
1 Vidéo projecteur 1 1000 $
2 Lecteur DVD 1 120$
3 Baffle-amplificateur 900 watts 2 400$
4 Groupe électrogène 3,5KVA 1 350$
5 Stabilisateur 2000watts 1 80$
6 Rallonge 50m 1 60$
7 Rallonge multiprise 10m 1 25$
8 Microphones 2 100$
9 Câble de connexion AV10m 1 10$
10 Ecran géant 1 500$
TOTAL DES PRIX :
2645 $

• Tableau 2
Intrants d’investissement en AGR :
Désignation des Matériels d’Investissement : Quantité Prix unitaire Total
Achat des machines à coudre et accessoires 50 60$ 3000 $
Achat des ruches 50 20$ 1000 $
Achat des poules pondeuses 100 10$ 1000$
Achat des livres, manuels de formation 10 10$ 100$
Saisie et Impression des revues, magazines 600 5$ 3000$
Transport 50$
Total : 8150

• Tableau 3
Saponification :
N° DESIGNATION Quantité mensuelle Quantité annuelle Montant mensuel en $ Montant annuel en $
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12 Huile de Palmes
Soudecaustique
Bac forme en fer
Balance
Farine de format
Alcool dénaturé
Grosse marmite
Table de coupe
Bassins
Colorant bleu
Gant plastic dur
Cache-nez
300litres
300kgs,
1
1
50KG
5fcs de 100ml
1
1
3
50kg
20pairs
20 pairs

3600L
3600kgs
1
1
600KGS
60
1
1
3
600KG
20
20

450$
750$
50
25
50
5
50
60
15
25
80
60

5400$
9000$
50
25
7200
60
50
60
15
120
80
60

TOTAL : 22120 $

Tableau No 4 : Matériels roulants
Désignation Quantité Cout Unitaire Cout total
Moto 3 1500$ 4500$
Carburant 1000litres 1.7 1700$
Voyages officiels - - -
Total - - 6200$

Tableau No 5 : Salaires du personnel
Désignation Nombre Cout Unitaire Cout total
Coordonnatrice 1 80$ 2880$
Formateurs /animateurs 4 40$ 5760$
Suivie et évaluation - - -
Appui technique des OCB - - -
Assistants socio-juridique de protection 01 75,5 2720$
Alphabétiseurs 08 30 8640
Total $20000
Source : Nos estimations personnelles.
Tableau récapitulatif No 6 : Cout total ou annuel du projet
Désignation Nombre Cout annuel Cout pour 3 ans
Personnel du projet 20000
Kit Cinéma mobile de sensibilisation 2645 $
Intrants de formation holistique et encadrement multisectoriel 8150
Matériels roulants 6200$
Assistant technique 33470
Grand Total 50465
Source : Nos estimations personnelles.
Nous disons CENT NEUF MILLES CINQ CENT QUATRE VINGT, 109580 dollars dont nous demandons 1OOOO0, cent milles et l’UFAPD contribue 9580, Neuf milles cinq cent quatre-vingt dollars.
NB : c’est juste une proposition que nous pouvons modifier si nécessaire car nous pouvons aussi contribuer avec un petit pourcentage sur ce budget sollicité.
• Capacité de l’Organisation :
L’UFAPD en totalité est composée par des dirigeants expérimentés dans le domaine des violences sexuelles basées sur le genre car elle est en majorité féminine. Elle a initié depuis 2010 une campagne de sensibilisation moyennant l’ équipe locale des cinéastes comédiens composée en majorité par des jeunes filles qui conçoivent les scenarios amusants, dramatiques, d’amour,…que nous filmons et que de petit postes téléviseurs projettent mensuellement et gratuitement ,les films projetés sont normalement conçus sur la prévention et transmission du VIH /sida dans les salles locales de cinéma dans différents groupements de WALUNGU et d’UVIRA et pour que tout le monde comprenne nous jouons nos films dans les langues locales plus populaires, cette initiative est innovante car les paysans analphabètes, pauvres enfants de la rue, jeunes ,femmes et vieux ignorants qui n’étaient pas avisés du fléau meurtrier du siècle deviennent convaincus complètement que le VIH /sida existe en réalité et que nous devons lutter contre cette bombe qui explose déjà chez nous.
Nous tenons régulièrement des conférences sur la promotion du genre et respect des droits humains dans notre rayon d’action et les listes des participants avec leurs interventions peuvent tout prouver car ils sont satisfaits des nos actions.
Pour venir en aide aux victimes des violences sexuelles et aux vulnérables en général les leaders d’opinion de Kamanyola nous ont proposé de prendre en charge les victimes mais compte tenu des limites financières le conseil d’administration a opté pour l’ouverture d’un centre médicale dénommé SALAMA pour la prise en charge des nos bénéficiaires ciblées et désormais il y a une année déjà que c’est opérationnel a Kamanyola –RUBUMBA avec quatre infirmiers dont trois femmes et un homme et aussi une gestionnaire, une femme de salle et une accoucheuse. Dans ce centre les membres de l’UFAPD, les PVV, les enfants filles de la rue, les veuves, filles-mères, femmes violées sont traitées gratuitement. Raison pour la quelle nous avons suffisamment des données sur les violences basées sur le genre dans notre milieux.
Nous avons en outre réussi a créé deux radio communautaires dans le territoire d’Uvira et de Walungu où nous faisons nos sensibilisations de promouvoir la femme rurale.
Nous avons plusieurs ruches de l’apiculture pilote et plusieurs centres d’apprentissage de la coupe et couture pour l’encadrement des filles-mères locales sans oublier l’école MUKULIMA de Kamanyola que notre association a fait construite pour donner l’accès a plusieurs filles et femmes analphabètes a étudier gratuitement l’alphabétisation.
Enfin, nous avons deux motos bicyclettes du terrain, une voiture de la coordinatrice, le bureau provincial du conseil d’administration a BUKAVU KIBOMBO 51 BIS, un bureau de la coordination a KAMANYOLA-RUBUMBA et le budget annuel croissant de 3000$en 2013 pour l’autofinancement en provenance des cotisations des membres, dons, et revenues des activités.
Prospectus du personnel exécutif des nos réalisations clef
1. Me KAJABIKA, conseiller juridique chargé des droits humains
2. Mme Judith AGANZE MUPENDA, la coordinatrice et gestionnaire du centre médicale Salama.
3. Delle Alice NSHOBOLE, trésorière
4. Mme BAHATI Claudine, chef de la commission de santé
5. Mlle MUDOSA Rachel, animatrice principale
6. Mlle LYDIE MAGEGA, infirmière,
7. Dlle MWANGAZA IDA, conseillère médicale
8. Delle FAIDA RUGOMBA, la formatrice
9. Mme FILLE SIKITU MWANDULO, chef de programme.
• Partenariats et coordination)
Synergie médicale :
Les revenues des bénéficiaires vont faire abonner progressivement les personnes ciblées par les projets à la mutuelle de santé du sud Kivu et cela a partir de Janvier 2014 pour qu’en deux années d’exécution du projet tous les 2400 bénéficiaires aient gratuitement accès au traitement médicale qui les paupérise fortement, la mutuelle de santé exige 5dollars d’adhésion par tête pour qu’elle puisse payer le 80 pour cent des soins médicaux et le vingt restant sera payé par les revenues des AGR a retirer de la caisse de solidarité gérée par les OCB.
Le centre médical SALAMA de l’UFAPD qui est en partenariat de collaboration avec la CODILUSI, la fondation IKAM toutes de BUKAVU pourront nous donner gratuitement le KIT PP que nous distribuerons aux structures sanitaires structurées afin que leur personnel soignant puisse en donner gratuitement aux victimes des viols.
Synergie de protection :
Les petites associations féminines territoriales qui sont nos antennes mais qui n’ont ni financement ni budget suffisant vont devenir des Organisations communautaires de base pour gérer localement les activités, collaborer avec les notables, sensibiliser la communauté et documenter toutes violences faites aux femmes ;L’assistant socio-juridique de chaque OCB et la présidente font rapport a la coordination et cette dernière partage l’information avec la MONUSCO et la société civile pour qu’il ait une documentation probante a montrer aux dirigeants gouvernementaux tant militaires que policières et désormais il y aura suivi juridique du coupable et indemnisation de la victime ou réparation du préjudice par l’intervention de la justice.
Synergie de formations et encadrement en AGR :
-L’OCB forme, produit et vend dans les marchés locaux a bon prix pour plus de marchés; Un mécanisme continue sera fait pour fournir les uniformes scolaires aux écoles locales et d’autres vêtements sur commande aux locaux qui apprécient la qualité de cet atelier de couture.
-Pour les savons c’est un bon marché partout car les savons locaux sont importés et chères, les nôtres seront de bon prix et disponibles au marché.
-Le miel est devenu rare et chère car ce n’est plus seulement un aliment mais c’est aussi un médicament préventif des maladies et plusieurs personnes viendront elles même en chercher quand elles verront les ruches.
-Les poules et œufs seront aussi vendus aux marchés.
Pour la synergie de sensibilisation :
Nos équipes féminines de football joueront mensuellement dans différents terrains du territoire pour consolider la paix par le sport, notre équipe des cinéastes et théâtrale seront aussi associées pour la sensibilisation car c’est leur œuvres que nous allons projeter sur cinéma mobile afin que chaque personne entende et voit les scenarios.
Bref toutes ces activités vont persuader la population à vivre en harmonie avec la femme, fille, et à respecter la dignité de toute personne.
Les actions des OCB et autres activités communautaires de l’UFAPD vont rapidement persuader les hommes a ne plus mépriser la femme ni la violer ou violer ses droits car elle aura déjà une sorte de promotion et surtout le fait de l’instruire, lui donner avoir et pouvoir par l’accès facile et gratuit a la justice par le canal des assistants socio-juridiques de production.
C’est cette synergie d’alerte et de protection qui va prévenir les viols et lutter contre toutes violences faites a la femme notamment l’injustice, l’impunité, la corruption…
• Pilotage et expansion (maximum 500 mots)
L’UFAPD est entrain de faire faire certaines activités proposées notamment la coupe et couture dans la plaine de Ruzizi et a Nyangezi mais avec notre système d’autofinancement les résultats ont été bons mais nous n’avons pas suffisamment des machines à coudre pour former plusieurs bénéficiaires.
L’UFAPD assume la prise en charge psychosociale et médicale d’un petit nombre des bénéficiaires dont les albinos, quelques veuves, quelques filles mères et forme en alphabétisation chaque année plus de vingt filles domestiques et jeunes femmes vulnérables. La prise en charge médicale se fait dans notre centre médicale SALAMA.
Nous avons aussi des champs et une petite quantité des ruches et dont la production nous aide à augmenter chaque année notre budget.
Raison pour la quelle nous vous supplions l’octroi de la subvention pour augmenter le champ d’action et le nombre des bénéficiaires car la sensibilisation communautaire, les formations de renforcement de capacité, les activités génératrices de revenues et la protection sont complémentaires et sans l’un ou l’autre les résultats ne seront plus escomptés, atteints.
Bref, nos bénéficiaires qui en bénéficient déjà en sont satisfaits et ne subissent plus des violences, D’où l’impotence de l’ajout des ces autres activités ayant plus d’impact : Projection publique sur géant écran, poulailler, saponification, octroi des micros crédits que nous voulons piloter pour plus d’impact.
• Piloter une approche prometteuse:
L’approche basée sur la collaboration entre civiles ,policiers et militaires loyaux et faisant intervenir dans les sensibilisations la voix des enfants de l’âge scolaires comme victimes directement affectés par les violences dont nous parlons car la voix des enfants aussi peut rapidement par pitié persuader les bourreaux pour la no violence mais surtout le fait d’associer l’armée et la police nationales s’explique par le fait que la quasi totalité des viols chez nous ont pour présumés auteurs les personnes détenant les armes a feu et une fois dénoncés et arrêtés c’est toujours l’influence des personnes soit détenant le pouvoir ou détenant les armes qui interviennent pour la libération du prisonnier coupable.
D’où les femmes et la communauté préfèrent se taire par crainte des représailles ; Alors pour restaurer la confiance de la population envers le service sécuritaire et préparer la nouvelle génération a la cohabitation pacifique homme-femme nous avons voulu faire adhérer les femmes des militaires et celles des policiers dans les organisations communautaires de base pour qu’endéans trois ans elles bénéficient aussi des microcrédits et cela va convaincre leur mari et autres collaborateurs des personnes en armes que la population a confiance en la force de l’ordre sinon cette persistance des doutes envers l’armée et police ne peut que augmenter les viols, insécurité et la propagation du VIH/sida. En outre, l’approche ne vise pas a blanchir le coupable armé mais cherche la justice et l’implication des services sécuritaires, et gouvernement à prendre leur responsabilité de maintenir la paix et la sécurité des citoyens.
Pour tout dérapage ou violation de la loi relative aux violences faites aux femmes en particulier la population peut collaborer et nos acteurs humanitaires pourront s’impliquer activement avec le service sécuritaire sur place.
En fin donc, ces personnes ou leurs femmes une fois associées ils auront honte de se contredire, d’être blâmés par les collègues humanitaires et d’en être légalement punis.
• Renforcer l'approche prometteuse ou déjà prouvée: (maximum 500 mots)
Les résultats antérieurs sur notre rayon d’action ont été appréciés à plus de 60 pour cent qui ont pris conscience de l’importance incontournable de la femme dans la société et désormais ce sont les mêmes hommes qui plaident pour secourir la femme, ils influencent le changement de comportement, c’est pour quoi nous voulons renforcer leur capacité pour plus d’influence sur l’entier de la province pour que les activités proposées avancent l’approche et consolident les résultats antérieurs.
Les agents changeants sont des enfants car ils prouvent que désormais il ya harmonie entre père et mère, frère et sœur…
L’approche associant harmonieusement l’homme et la communauté aux efforts de la femme notamment la promotion des initiatives économiques de la femme et le mécanisme de protection est nécessaire car potentiellement ça influence les acteurs socio-juridiques malintentionnés, ignorants...
Tout aspect stratégique isolant l’homme, écartant les militaires et policiers, ou n’incluant pas la communauté sera qualifié discriminatoire et pourra augmenter la violence. C’est pour quoi les villageois disent que les ong comme women for women sont venues juste pour enseigner l’orgueil et la désobéissance aux femmes. L'approche sera testée par ses résultats basés sur les données probantes qui seront documentés pour servir de modèle

3. ANNEXE
The recorded Cases of rapes for six months of 2012.

Downloads

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Letters to a Better World

Letters to a Better World

Community »

Connect with women on the ground worldwide

DRC: A Dream Come True

DRC: A Dream Come True

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

The Women of World Pulse LIVE: Meet Olanike

The Women of World Pulse LIVE: Meet Olanike

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative