Community Update

Digital Empowerment Toolkit Now Available!

At World Pulse, we recognize the need for ongoing learning—for you and for your community! Our toolkits aim to provide the resources you need to advance your social change work.

We are excited to introduce our Digital Empowerment Trainers’ Toolkit, a dynamic resource to help you bring the benefits of connecting online to women in your community. Check it out today! »

LES ENFANTS ORPHELINS OSODI RURAL ORPHANS

When my colleagues and I went out for a coffee break one fateful day in September 2007 just like we did many other days, I never dreamed that this one would take me to Africa! We sat at a table just talking and by chance – or Divine Plan – I met a man working there. Magellan was smiling and friendly and I invited him and his family for a Sunday dinner so we could get to know each other. (I see strangers as friends I have not met yet!) Our families became close and often our conversations included how things were going in the Democratic Republic of Congo. We talked about the children that were orphaned due to all the fighting and disease. Thinking of all the children that had nowhere to go and no one to turn to pulled at my heart. I wanted to do something!

One day I asked Magellan what it would take to open an orphanage in the Congo. We discussed starting up an orphanage and where to build it: in the big city of Goma or in Magellan’s home village of Kikamata. He said that in the village overseeing the children would be easier and the cost would be less. Given these considerations, I agreed that Kikamata would be a better place to start. Magellan made a list of all the steps involved in the building of an orphanage (from land being donated to build on and clearing banana trees, to buying bunk beds and mattresses) and calculated the cost for each step. The total cost was estimated to be only $7,000. We did not have the money but I said “Let’s do it!” In just over one year, with personal funds and money given by friends, family and some coin cans at a few local coffee shops, we raised the money. As money came in we transferred the funds to Magellan’s father, who we trusted to oversee hiring workers, purchasing supplies and constructing the building. He has now, over time, become a personal friend.

The construction work was done by people from the local village. Not only was this a boost to the economy of the village but it also created “ownership” of the orphanage. The foundation was dug by hand and people went out and collected stones for the footing walls from the surrounding area. Even the local children helped by carrying water! As we sent funds more work was done to build the orphanage and pictures were taken. It was great to see the progress taking place even from here in Canada!

One step was crossed off the list and another started. The wood was cut locally and the metal sheets for the roof were brought from Goma (about 130 kilometers away) and due to poor road conditions people carried some of the sheets in on their shoulders for the last 40 kilometers! It was hard work but the people there were glad to do their part to help the children. Over time some of the chiefs from other villages said that when we were ready, they would provide land so orphanages could be built there also!

Over the course of 1 ½ years the building was finished and beds and blankets purchased. I was excited to see the picture of the first six children to come to the orphanage in 2011 and the smiles on their faces! Six children now had a home.

After the orphanage was built and the children starting to arrive, we took another big step. We submitted an application to the Canadian Government and in late 2011 became a Registered Canadian Charity under the name: Hope for Orphans – Congo!

I had the privilege of going to the village of Kikamata at the end of August 2012 to see the orphanage and meet the children – who now numbered fourteen – and their caregivers. To see the happy faces of the children and to hear the welcome song they sang for me touched my heart. When I left the village they sang me another song, about the Lord watching over me in the plane ride back to Canada! To be just an ordinary man and experience those moments reminds me that when ordinary people work together great things can be done that can truly change the lives of others forever!

In January 2013 the number of children at the orphanage reached twenty-four. Additional requests were made to take more orphans from surrounding villages but they had to say no. Twenty-four is the maximum number of children we can care for, limited by space and the number of beds. As I see the needs firsthand it makes me want to lift my voice louder for the many children in Congo that still need someone to help them! They are making plans to build a second dorm, as funds allow.

The people in Congo see the suffering and the needs of the children but often can do little to help. Once orphaned children reach school age, even if they have been taken in and fed by a relative or neighbour, they know that education for them is only a dream! People have to pay for their own schooling there and that cost is too high for many families to even send their own children. Without help from others like you and I most orphaned children will never receive any formal education. Through on-going donations and fundraising we are able to pay for the twenty-four children at the orphanage to not only be fed and clothed, but also to get an education.

Not everyone will have the opportunity to visit a village in the jungles of Africa, but all of us have opportunities that arise where we can help others. When we choose to do something together, great things will be accomplished! Whatever you do, don’t skip your coffee breaks; you never know where they may take you!

*****************************************************************************************************
Tout a commencé durant une pause café !
EMMANUEL HIS WIFE

Lorsque mes collègues et moi sommes sortis pour une pause-café le jour fatidique de septembre 2007, comme nous l'avons fait beaucoup d'autres jours, je n'ai jamais rêvé que celui-ci me conduirait à l'Afrique! Nous nous sommes assis à une table, nous parlions et par coup de chance - ou Plan divin - j'ai rencontré un homme qui y travaille. Magellan était souriant et amical et je l'ai invité, lui et sa famille à venir souper un dimanche soir afin que nous puissions apprendre à nous connaître les uns les autres. (Je vois les étrangers comme des amis que je n'ai pas encore rencontrés!) Nos familles se sont rapprochées et souvent nos conversations incluaient la façon dont les choses se passaient dans la République démocratique du Congo. Nous parlions des enfants qui ont perdu leurs parents à cause de tous les combats et les maladies. Penser à tous les enfants qui n'avaient nulle part où aller et personne vers qui se tourner me serra le cœur. Je voulais faire quelque chose!

Un jour, j'ai demandé Magellan ce qu'il faudrait faire pour ouvrir un orphelinat au Congo. Nous avons discuté de la mise en service d'un orphelinat et où le construire: dans la grande ville de Goma ou à Kikamata, le village natal de Magellan. Il a dit que surveiller les enfants dans le village serait plus facile et moins coûteux. Compte tenu de ces considérations, j'étais d’accord que Kikamata est un meilleur endroit pour commencer. Magellan a dressé la liste de toutes les étapes de la construction d'un orphelinat (le terrain fourni pour la construction, abattre les bananiers, l'achat de lits superposés et matelas) et calculé le coût pour chaque étape. Le coût total estimé était seulement de 7000 $. Nous n'avions pas l'argent, mais j'ai dit: «Faisons-le!" En un peu plus d'un an, avec des fonds personnels et de l'argent donné par des amis, la famille et quelques boîtes de pièces à quelques magasins locaux de café, nous avons recueilli l'argent. À mesure que l'argent rentrait, nous transférions les fonds au père de Magellan, en qui nous avions confiance pour superviser l'embauche des travailleurs, l'achat des matériaux et la construction du bâtiment. Au fil du temps, il est devenu un ami personnel.

Les travaux de construction ont été exécutés par des gens du village. Non seulement était-ce un bon coup pour l'économie du village, mais l'orphelinat est devenu leur « propriété ». La fondation a été creusée à la main et les gens sont allés ramasser des pierres dans les environs pour les murs de la fondation. Même les enfants de la région aidaient en transportant de l'eau! À mesure que nous envoyions des fonds, les travaux pour la construction de l’orphelinat avançaient et des photos étaient été prises. C'était génial de voir les progrès qui avaient lieu, même d'ici au Canada! Une étape était rayée de la liste et une autre débutait. Le bois a été coupé localement et les tôles pour le toit ont été amenées de Goma (environ 130 kilomètres plus loin) et en raison des mauvaises conditions routières, des gens ont porté quelques-unes des feuilles de métal sur leurs épaules pour les 40 derniers kilomètres! Le travail était dur, mais les gens là-bas étaient heureux de faire leur part pour aider les enfants. Quelques temps plus tard, quelques-uns des chefs des autres villages ont dit que lorsque nous serions prêts, ils fourniraient le terrain pour que des orphelinats soient construits là aussi!

Sur une période d’un an et demi, le bâtiment a été terminé et des lits et des couvertures ont été achetés. J'étais très heureux de voir la photo des six premiers enfants à venir à l'orphelinat en 2011 et les sourires sur leurs visages! Six enfants avaient maintenant une maison.

Après la construction de l'orphelinat et que les enfants ont commencé à arriver, nous avons fait un autre grand pas important. Nous avons soumis une demande au gouvernement canadien et vers la fin de l’année 2011 nous sommes devenus un organisme de bienfaisance canadien enregistré sous le nom de: Espoir pour les orphelins - Congo!

J'ai eu le privilège de me rendre au village de Kikamata à la fin d’août 2012 pour voir l'orphelinat et rencontrer les enfants - qui sont maintenant au nombre de quatorze - et les adultes soignants. Voir les visages heureux des enfants et entendre le chant de bienvenue qu’ils ont chanté pour moi m’est allé droit au cœur. Quand j'ai quitté le village, ils m'ont chanté une autre chanson, à propos du Seigneur veillant sur moi dans le vol de retour au Canada! Pour être juste un homme ordinaire et vivre l'expérience de ces moments, me rappelle que quand les gens ordinaires travaillent ensemble, de grandes choses peuvent être accomplies qui peut vraiment changer la vie des autres pour toujours!

En janvier 2013, le nombre d'enfants à l'orphelinat est maintenant de vingt-quatre. Des demandes supplémentaires des villages avoisinants ont été faites pour prendre plus d'orphelins, mais ils ont dû dire non. Vingt-quatre est le nombre maximum d'enfants que nous pouvons entretenir, limité par le nombre de places et de lits. Comme je vois les besoins de première main, j’ai envie de porter ma voix plus haute pour les nombreux enfants au Congo qui ont encore besoin de quelqu'un pour les aider! Ils font des plans pour construire un second dortoir, à mesure que les fonds le permettent.

Les gens au Congo voient la souffrance et les besoins des enfants, mais souvent ne peuvent rien faire pour les aider. Dès que les enfants orphelins ont atteint l'âge scolaire, même s’ils ont été accueillis et nourris par un parent ou un voisin, ils savent que l'éducation pour eux n'est qu'un rêve! Les gens doivent payer pour leur propre scolarité là-bas et ce coût trop élevé ne permet pas à plusieurs familles d’envoyer leurs propres enfants. Sans l'aide de personnes comme vous et moi, la plupart des enfants orphelins ne recevront aucune éducation formelle. Grâce à des dons et à des collectes de fonds nous sommes en mesure de payer pour les vingt-quatre enfants à l'orphelinat, non seulement pour être nourris et vêtus, mais aussi d'obtenir une éducation.

Ce n’est pas tout le monde qui aura l'occasion de visiter un village dans les jungles de l'Afrique, mais nous avons tous des opportunités qui se présentent où nous pouvons aider les autres. Quand nous choisissons de faire quelque chose ensemble, de grandes choses sont accomplies! Quoi que vous fassiez, ne sautez pas vos pauses café, vous ne savez jamais où ils peuvent vous conduire

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Inside Congo's Growing Sisterhood

Inside Congo's Growing Sisterhood

Community »

Connect with women on the ground worldwide

Face to Face with the U.S. Special Envoy to DRC

Face to Face with the U.S. Special Envoy to DRC

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

Highlights of the 2014 World Pulse LIVE Tour

Highlights of the 2014 World Pulse LIVE Tour

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative