Community Update

World Pulse Toolkits Available!

At World Pulse, we recognize the need for ongoing learning—for you and for your community! Our toolkits are all available here.

We are especially excited to share our signature Citizen Journalism and Digital Empowerment Curriculum. Start learning today!

voici comment les nombres de violence sxeulle ne cesse d'augmenté

selon le rapport de stage effectué à l'hôpital générale de panzi,dans le projet des survivantes de violence sexuelles; nous avons constanté que dépuis 1999-2014 les nombre de victime de violences ne cesse augmenté du jour au jours.nous avons contanté que ces femmes et filles proviennent de differents coins de la r d congo sur tout dans les milieux ruraux des nos different villes;elles sont prisent en charge par les projet sur tout les aspects,psychologique,sociale;économique lors de reunification,
voici les rapport en annexé
REMERCIEMENTS

Le présent rapport de stage est le produit de multiples efforts intellectuels et moraux ; raison pour laquelle nous exprimons notre gratitude à toute personne qui de loin ou de près, a contribué à sa réalisation. Ainsi nos remerciements s’adressent aux corps académique, scientifique et administratif de l’université officielle de Bukavu pour l’encadrement et l’instruction de qualité nous fournis pendant ces cinq ans.
Nos remerciements s’adressent plus particulièrement à l’encadreur de ce rapport, monsieur l’assistant SUKURU BATACHOKA Alphonse qui, nonobstant ses multiples occupations, a accepté de nous encadrer.
Aux agents de l’Hôpital Général de Référence de Panziet en particulier aux personnels du projet VVSpour nous avoir accepté de passer notre stage et surtout pour l’encadrement reçu de toute part au sein de ladite institution
A mon père BUHENDWA BUTAGA pour le soutien financier et surtout pour nous avoir élevé à la dignité d’homme.
A ma mère DOMITILA M’kenekapour tous les sacrifices de chaque jour consentis envers nous.
A nos frères et sœurs, amis et connaissances,…pour leur esprit de collaboration et de partage.
Aux camarades étudiants de deuxième licence Sociologie chacun à son nom, qu’ils trouvent ici nos sentiments de gratitude pour les échanges fructueux entretenu
Aux membres du world pulse en générale et en particulier à ceux de mama shujaa rd congo

NEEMA BUHENDWA Awezaye

SIGLES ET ABREVIATIONS

VVS : Victime de Violence Sexuelle
ASIDI : Agence Suédoise de Coopération Internationaleau Développement
HGR : Hôpital Général de Référence
UNICEF : Union Internationale des Nations Unies pour l’Enfant et Famille
ONG : Organisation Non Gouvernementale
RDC : République Démocratique du Congo
SVS : Survivance de Violence Sexuelle
UOB : Université Officielle de Bukavu

INTRODUCTION

Dans la politique du ministère de l’enseignement supérieur et universitaire en République démocratique du Congo (RDC), il est prévu une période de stage à chaque fin d’un cycle afin de permettre aux étudiants finalistesde concilier ,non seulement, la théorie à la pratique, mais aussi de palper du doigt les réalités du monde professionnel.

Durant un mois passé à l’Hôpital Général de Référence de Panzi,dans le projet VVS (victimes de violence sexuelle)/PMU, l’occasion nous a été offerte d’approfondir nos connaissances théoriques sur les questions relatives aux violences sexuelles et sur les différentes dimensions de prise en charge des victimes. En plus de la prise en charge des victimes des violences sexuelles, nous avons pu connaitrecommentest tenu la comptabilité du projet VVS/PMU et comment ce projet reçoit lefinancement. Cela va sans dire que préalablement nous nous sommes imprégnés de l’organisation des ressources humaines, de la gestion du matériel du projet ettout autre organisation administrative sur le plan interne et externe du projet VVS/PMU.

Nous avons subdivisé ce rapport de stage en deux chapitreshomis l’introduction et la conclusion. Le premier porte sur la présentation de l’Hôpital Général de Référence dePanzi et le VVS/PMU et le second revient sur le déroulement proprement dit du stage.

CHAPITRE PREMIER :
PRESENTATIONDE L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE DE PANZI ET DU PROJET SVS/PMU

I.1. HISTOIRE DE L’HOPITAL DE PANZI ET SVS/PMU

L’hôpital général de référence de Panzi a vu le jour en 1999, pendant la guerre, dans le but d’assister les femmes enceintes vivant dans les quartiers au sud de Bukavu et situés trop loin du seul hôpital général de référence de la ville. Il était également question de venir en aide aux milliers de déplacés internes fuyant la violence dans toute la province. Ason inauguration, la première patiente opérée a été une femme victime d’un viol brutal et blessée par balles au niveau des membres inférieurs; depuis ce jour, des milliers de survivantes de violences sexuelles n’ont plus cessé de se présenter à l’hôpital.
Compte tenu de l’ampleur des violences sexuelles, plusieurs initiatives ont été entreprises afin d’assurer la prise en charge des survivantes de violences sexuelles. D’où le projet SVS. Au cours des années, le nombre des femmes survivantes devant avoir recours aux services de l’hôpitaln’a cessé d’augmenter. En 2003, l’hôpital a pu soumettre, grâce au soutien de l’ONG suédoise PMU, une proposition de projet à la commission Européenne(ECHO) concernant la prise en charge médicale et psychologique des femmes victimes de violences sexuelles.
La commission Européenne a donné son accord pour une première phase de financement en Janvier 2004 et nous en sommes actuellement à la dixième phase, qui arrive à terme le 31 décembre 2013. Tout au long de ces années, le projet a également bénéficie de l’appui de l’Agence Suédoise de coopération internationale au développement(ASDI) et de PMU.
I.2. PRESENTATION DU PROJET SURVIVANTES : VIOLENCES SEXUELLES(SVS)/PMU

I.2.1 Objectif du projet SVS :
 Fournir une prise en charge holistique aux femmes, jeunes filles et enfants ayant survécu à des violences sexuelles, ainsi qu’aux femmes qui souffrent de problèmes gynécologiques comme la fistule ou le prolapsus.
Pour réaliser cet objectif, un personnel médical est hautement qualifié est à l’œuvre. En plus des soins médicaux, les patients ont accès à une gamme de services psychologiques. Cette approche holistique prend en compte le fait que ces patients nécessitent des soins qui s’étendent au-delà d’un simple traitement clinique. Les blessures les plus difficiles à guérir sont souvent les blessures psychologiques. Pour cela, le projet SVS emploi une équipe qualifiée de psychologues et d’assistantes sociales qui fournissent conseils et orientation.
Les patientes peuvent également recevoir des conseils techniques et juridiques et socio-économiques, afin de recouvrer certains de leurs droits, si elles le souhaitent, et leur permettre d’exercer une activité socio-économique grâce aux métiers appris durant leur séjour à l’hôpital.
I.2.2 Profils des patients de svs
La guerre en RDC qui a débuté en 1996 a provoqué une augmentation spectaculaire des cas des violences sexuelles.
Depuis ses débuts en 1999 et jusqu’à la fin de 2012,32164 patientes ont prises en charge à l’hôpital de Panzi par le projet SVS/PMU. Parmi elles, 19270 étaient des survivantes de violences sexuelles. Les femmes qui survivent à la violence sexuelle font face à des graves répercussions sur leur santé physique et psychologique. Cette violence peut entrainer des fractures, des grosses non désirées, des maladies sexuellement transmissible, une invalidité permanente et parfois la mort. Le projet SVS a reçu des patientes quiontéténon seulement violées mais aussi torturées sexuellement, ce qui a eu des implications considérables pour la santé reproductive et sexuelle de ces femmes.
Le projet prend également en charge des femmes qui souffrent de graves troubles gynécologiques, principalement en raison d’un manque d’accès aux soins de santé maternelles. Depuis 1999, 12894 femmes souffrant de maladies gynécologues ont été traitées dans le cadre du projet SSV. Environ 7365 d’entre elles ont dû subir une intervention chirurgicale, dont 2786 cas de fistule.
La majorité des patientes du projet proviennent des localités de la province du Sud-Kivu. Cependant, l’hôpital de Panzi étant l’institution de santé la plus spécialisé du domaine dans la région, les patientes font également le voyage à partir d’autres provinces, notamment le Nord-Kivu et le nord du Katanga.
I.2.3 Services du projet SVS
L’hôpital général de Panzi, projet SVS/PMU, prend en charge les femmes victimes de violences sexuelles et offre les services suivants :
• Transport allé et retour de la victime ;
• Prise en charge médicale de proximité (sur place par la clinique mobile) ;
• Prise en charge psychosociale et médicale à l’hôpital ;
• Réinsertion et réhabilitation sociale ;
• Crèche et scolarisation des filles mères victimes de violences sexuelles ;
• Hébergement, alimentation et kits d’hygiène.
En effet, il estdevenu évident que de nombreuses survivantes de violences sexuelles étaient incapables de se rendre à l’hôpital en raison de l’insécurité et/ou du manque de transport. Comme solution, un partenariat a été concluen 2004 avecl’UNICEF afin de fournir des ambulanceset des équipements médicaux pour appuyer la création d’une clinique mobile. Un médecin, une infirmière et une assistante sociale voyagent ainsi dans une ambulance et offrent, en collaboration avec des centres de santé et des églises locaux, des traitements aux personnes vivant dans des zones isolées.
En octobre 2011, Stichung Vluchteling, une ONG des Pays-Bas, a commencé à soutenir à la mise en place d’une seconde clique mobile en vue d’atteindre davantage de zones reculées, supplémentant ainsi les services offerts par l’UNICEF. Le projet dispose de structures d’accueil sûres à l’attention des femmes qui doivent passer des semaines, voire des mois, à l’hôpital pour pouvoir bénéficier d’une prise en charge de qualité. Tous les services proposés par le projet SVS sont gratuits. En outre, le projet SVS(en partenariat avec les autorités de santé locales) offre une formation médicale à l’attention du personnel de santé du gouvernement, ainsi que des organisations partenaires locales et internationales. Cette formation est principalement axée sur la prestation de soins d’urgence pour les victimes de violences sexuelles, le diagnostic et le traitement des complications des affections gynécologiques, ainsi que la fourniture de référencés personnel

CHAPITRE DEUXIEME : DEROULEMENT DE STAGE
II. 1. CALENDRIER DE STAGE ET FONCTIONNEMENT DES SERVICES DU PROJET SVS/PMU

Après avoir été accueilli par le chef du personnel, s’en est suivi l’élaboration du projet
II.2. FONCTIONNEMENT ET ACTIVITES REALISEs

Le projet SVS/PMU est géré par la coordination ou le coordinateur et sous coordination ou vice coordinateur, placés sous la responsabilité du médecin directeur de l’hôpital General de Reference de Panzi, Denis MUKWEGE. Ces deux bureaux se communiquent par l’intermédiation du secrétariat de direction, c’est-à dire, ces bureaux travaillent à l’échelle en suivant l’ordre administratif car, pour que un document arrive au coordinateur ou au vice coordinateur, passera d’abord au secrétariat et le secrétaire le fait arrivé au concerné. Le projet compte………..agents administratif et………….médecins en charge des patients victime de violence sexuelle et autres femmes ayant de problème gynécologique.
De plus, nous allons déterminerles activités réalisées dans différents services énumérés dans le calendrier de stage et fonctionnement de ce dernier, et il faut annoncer que le responsable de chaque service passé, nous expliquait le fonctionnement ou les activités faites au du projet.

II. 2. 1. Du 05 au 07 novembre 201 3, service de réception
C’est dans ce service où nous étionsaccueil , par la réceptrice,qui nous a expliqué comment accueillir les malades et comment remplir la fiche ainsi que le carnet médical et les orienter dans différents services de soins en fonction de leurs plaintes

II. 2. 2. Du 08 au 11 novembre, service d’archives
Nous étions aussi bien accueilli par l’archiviste qui par la suite nous a montré, en nous expliquant comment arranger les fiches (ou les documents de diagnostic administratif) des malades dans des classeurs selon la lettre alphabétique et le code ; comment les classer en y détachant leurs carnets, tout en perforant les fiches et carnets neufs pour prévenir ceux qui vaut venir

II. 2. 3. Du 12 au 16 Novembre service de psycho- social
Aprèsl’accueil par le sociologue et le psychologue, elles nous ont expliquécomment procéderpour faire le diagnostic des victime et par quel processusdétraumatise le malade en suivant une fiche à compléterensemble avec la victime. Souvent on les détraumatise par la méthode de traitement de trauma par tapement.,

II .2.4. Du 18 novembre au 20 Novembre clinique mobile
Ici, on nous expliquer comment les activités de décente sur les terrains sont organisés et comment la cartographie des milieux concernés à savoir :Idjwi, Kabare, Katanga, Makobola, Kitutu, Mugogo, Uvira, Fizi, KabambaMakobola, Ikoma,Mwenga, Kabare, Walungu, Shabunda.Nous avons constaté qu’un bon nombre de patient provient du sud- Kivu et nord- Kivu.

II.2.5. Du 21 au 27 Novembre, service de statistiques
Par définition, la Statistique, c'est l'étude des variations observables. C'est une méthode qui consiste à réunir des données chiffrées sur des ensembles nombreux, puis à les
Analyser et à les interpréter. Il s’agit donc de :
 Evaluer une grandeur statistique comme la moyenne ou la variance (estimateurs ???, intervalles de confiance).
 Savoir si deux populations (deux ou plusieurs maladies) sont comparables (tests d’hypothèses).
 Déterminer si deux grandeurs sont liées et de quelle façon (corrélation, ajustement analytique).
A l’aide del’ordinateur, le statisticien nous a expliqué les différentes base des données, les logiciels statistiques utilisés, et nous a montré comment les compléter du jour au jour en tenant compte de cas de diagnostics, en commençant par le nom de la victime ou du patient,l’âge,le sexe , le lieu de provenance, le lieu de violence ou l’endroit où l’action s’estpassé, le docteur , l’infirmier et la maman chérie de victime, etc

II.2.6. Du 28 au 4 Décembre 2013, Service de ressources humaines
En tant que fonction à part entière de l’entreprise, la gestion des ressources humaines s’est structurée tardivement. Le champ d’activité de ce service de ressources humaines, s’est élargi à cote des aspects traditionnels, d’administration du personnel et définie les politiques d’emploi, de rémunération, de formation, de gestion de carrière, d’information et de communication de relation professionnelle de projet VVS/PMU
Ce pourquoi ce projet s’est fixé des objectifs de la gestion des Ressources humaines.
A. Objectifs de la Gestion des Ressources Humaines
Il existe 4 types d'objectifs dans la Gestion des Ressources Humaines:
1°. Objectifs sociaux:
La Gestion des Ressources Humaines doit répondre aux besoins et aux défis du projet, tout en minimisant l'impact négatif qu'elle pourrait avoir sur l'organisation,
2°. Objectifs organisationnels :
La légitimité de la Gestion des Ressources Humaines réside dans sa contribution efficace de l'organisation. La Gestion des Ressources Humaines n'est pas une fin en soi, ce n'est qu'un moyen d'aider l'organisation ou le projet a atteindre ses objectifs premiers autrement dit, la Gestion des Ressources Humaines est au service de l'organisation.
3°. Objectifs fonctionnels:
Il est nécessaire que les activités et les services de ressources humaines soient à la mesure de l'organisation qu'ils servent.
4°. Objectifs personnels:
Il est aussi nécessaire de soutenir la réalisation des objectifs personnels des individus a leurs emplois, au moins dans la mesure où ces objectifs améliorent la contribution des individus a l'organisation/PMU, (ceci est un élément clé pour ce qui concerne les grilles de manager) cette diptyque comprend deux dimension: l'intérêt vers les hommes et/ou vers la population.
B. Activités assuré par le service de Ressources Humaines du projet VVS/PMU
Pour atteindre son but et ses objectifs, le service des ressources humaines obtient, développe, utilise, évalue, conserve le bon nombre des personnes ayant les bonnes compétences et attitudes, pour doter l'organisation de la main d'œuvre dont elle a besoin. Les activités clés sont:
1. La planification des ressources humaines,
2. Recrutement,
3. Banque des candidats (processus de sélection),
4. Orientation et formation,
5. Développement a l'emploi,
6. Décision d'affectation,
7. Evaluation du rendement (mesure de performance),
8. Rémunération (en échange au rendement plus les compensations obligatoires),
9. Counseling ou amélioration des communications,
10. Relation patronale et syndicale.
Définition de la Gestion des Ressources Humaines est donc ce processus de gestion ayant pour but l'amélioration de la contribution des personnes a l'organisation des activités des individus et surtout liée a la productivité de l'organisation et sa capacité de devenir meilleur.

II.2.7. Du 05 au 12 Décembre, Service de finance
Objet est de recevoir ou de savoir les principaux outils comptables utilisés se service finance du projet SVS/PMU (tel que le bilan, le compte de résultat et autres) et présenter une méthode de diagnostic financier du projet à partir de ces documents. C’est dans ce service où toutes les analyses comptable et budgétaire affecter dans chaque service pendant une période donnée.
Le budget de trésorerie est le principe instrument de prévision financière à court terme du projet ; qui permet d’établir pour des périodes plus ou moins langues (année, mois, semaine, jour), les prévisions des flux financières et d’envisager les ajustements nécessaires pour combler les insuffisances ou pour placer les excédents de trésorerie du projet SVS/PMU.
Le budget de trésorerie de SVS est un état qui indique, les recettes (encaissements) annuelle selon le financement de ses bailleurs et mois par mois ou même semaine par semaineles dépenses (décaissements) prévisionnelles du projet, ainsi que le moment de ses besoins en trésorerie ou de l’encaisse disponible.
Il faut noter que dans ce service on faisait l’évaluation des dépenses de l’année 2013 par rapport au provision de cette année, comptabilisation les opérations comptable(les produits et les charges) mensuelle dans un logiciel Sage5

CONCLUSION ET SUGGESTIONS
Le stage que nous avions effectué à l’hôpital General de référence de Panzi/Projet SVS/PMU, nous a permis de parfaire les notions des théoriques par les exercices de pratiques professionnelles.
Lors de notre séjour à Panzi/Projet SVS/PMU, nous avions remarqué que ce dernier respecte ses engagement en rapport avec les soins des patients ou des victimes de violence sexuelle car leur séjours sont garantis par le projet SVS/PMU, contrairement à ce que dise les hommes de la rue de Bukavu .
En définitive ,ce rapport de stage effectué à l’hôpital de panzi /projet vvs du 06 novembre au 11decembre est constitué essentiellement d’une brève introduction ,d’une conclusion et deux chapitres ;le chapitre premier a porté sur la présentation de l’hôpital de panzi et du projet vvs et le second décritessentiellement le déroulement des Activités que nous avons pu réaliser dans ledit projet . Parmi ces activités nous rappelons :
 L’élaboration de calendrier de stage
 Réception de malades
 etc.

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Letters to a Better World

Letters to a Better World

Community »

Connect with women on the ground worldwide

womenspace's picture

CAMBODIA: Ordinary Women Can Make a Difference

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative