Community Update

World Pulse Toolkits Available!

At World Pulse, we recognize the need for ongoing learning—for you and for your community! Our toolkits are all available here.

We are especially excited to share our signature Citizen Journalism and Digital Empowerment Curriculum. Start learning today!

la geurre au nord kivu une realite qui detruit de milieu de milieu de congolais,depuis 2008 a nos jours la geurre , la guerre, l

Le Mouvement du 23 mars (M23), dont les combattants sont confinés sur quelques collines à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda, pilonne depuis 7 heures 30 locales la cité de Bunagana (Nord-Kivu) malgré l’appel à l’arrêt des hostilités militaires lancée dimanche 3 novembre par son président Bertrand Bisimwa depuis Kampala où il se trouve en pourparlers de paix avec le gouvernement congolais.

Les obus lancés par les rebelles du M23 depuis les hauteurs de Chanzu ont fait au moins quatre morts et dix blessés parmi les civils, ont indiqué des sources militaires. La population de Bunagana a une fois de plus trouvé refuge en Ouganda.

Pendant ce temps, les Forces armées de la RDC poursuivent leurs opérations contre les positions rebelles à Chanzu, Mbuzi et Runyonyi, derniers bastions des rebelles qui ont subi d’importants revers ces dernières semaines, renseignent ces sources.

Dimanche, le président de la branche politique du M23, Bertrand Bisimwa, avait ordonné aux troupes de cette rébellion de «cesser immédiatement les hostilités avec les FARDC». Son ordre est tombé alors que l’armée pilonnait les derniers bastions des rebelles où étaient retranchés 200 à 300 combattants.

Dans une déclaration commune publiée le même dimanche, les envoyés spéciaux des Nations unies, de l’Union européenne, de l’Union africaine et des Etats-Unis ont «exhorté le M23 à renoncer à sa rébellion comme déjà convenu». Ils ont également demandé au gouvernement de la RDC de «s’abstenir de toute action militaire à ce stade».

Les envoyés spéciaux ont encouragé les deux parties à poursuivre le processus politique afin d’aboutir à un accord de principe pour le désarmement et la démobilisation du M23 et que les auteurs de violation des droits de l’homme répondent de leurs actes.

aider la RDCONGO pour sursoir la paix et la non violence
osodi

English translation by community member Nancy Janus

The war in North-Kivu: A reality that destroys the environment, the environment of the Congolese; from 2008, every day war, war!

The Movement of March 23 (M23) which restricted the fighters to several hills at the border with Rwanda and Uganda have been shelling the city of Bunagana (North-Kivu )since 7:30am local time, despite the appeal by its leader, Bertrand Bisimwa from Kampala , (where has gone for peace talks with the Congolese government,) to stop the military hostilities begun Sunday, November 3.

The shells, thrown by the rebels of the M 23 from the heights of Chanzu have killed at least four and wounded 10 among the civilians, according to military sources. The population of Bunagana has once more found refuge in Uganda.

During this time the Armed Forces of the DRC are pursuing their operations against rebel positions in Chanzu, Mbuzi and Runyonyi, The last bastions of the rebels have undergone important reversals these last few weeks, these sources advise us.

Sunday, the president of the political branch of M 23, Bertrand Bisimwa, ordered the troops of this rebellion to immediately stop the hostilities with the FARDC. His order fell just as the army was shelling the last bastions of the rebels where 200-300 fighters were entrenched.

In a joint declaration published the same Sunday, the special envoys of the United Nations, of the European Union, of the African Union and of the United States “exhorted the M23 to give up its rebellion as previously agreed. Furthermore they demanded that the government of the DRC abstain from all military action at this stage.”

The special envoys encourage the two parties to pursue the political process and to come to an agreement in principle for disarmament and demobilization of the M 23.

The perpetrators of human rights violations must answer for their acts.

Help the DR Congo to contemplate peace and nonviolence

Downloads

Comments

Therese kasindi's picture

comentaire

C'est vraiment merveilleux de vous Mr. Balagizi. Votre post est très touchant. Le M23 est un problème réel en RDC, et nous sommes sûr de trouver une solution durable à ce problème. En plus, nous tenons à ce que les violeurs des droits humains répondent à leurs actes. Tous nous aspirons à un Congo nouveau et paisible. C'est vraiment encourageant de voir que vous partagez notre histoire avec le monde entier. Nous vous encourageons de Continuer ainsi et Surtout de montrer au monde entier que Mama Shujaa fait un bon travail pour la recherche de la paix à travers World Pulse.
Nous espérons vous lire très prochainement.

THERESE( Maman Shujaa, Drc)

BALAGIZI MUHEBULE EMMANUEL's picture

merci therese

je suis convaincu que le congo de demain nesecite des hommes et femmes visionnaire .merci
emmanuel balagizi
osodi

balagizi

Nancy Janus's picture

Votre journal

Cher Emmanuel,

J’ai traduit votre journal très interessant en anglais. Vous nous aidez bien à comprendre la situation dans la RDC en ce moment. Je viens de lire dans la presse americaine que le M23 ont renoncé leurs postes. Est ce que c’est vrai?

Je vous salue pour souligner le besoin de paix dans la RDC.

Bien à vous,

Nancy

Nancy merci , osodi congo ''notre organisation condamne toujours un telle leadership qui ne pas participative ou qui se marie avec l'idee de la population, nous sommes pres d'accueillir toutes les nations du monde au congo pour partager les resources du congo ensemble , mais pas ni par les armes, la forces, ni la violance , ces 23 ils onts organisé des choses loin de la population, puis la population congolaise est trés fatigué des telles learship d'exploitation et politique, nous avons besoins des leaders voter par sa propre nation loin des armes et corruption et tricheries des elections pour sursoir la democracie au congo. voici le message de m23
branche armée de la rébellion du M23 à Goma le 20 novembre 2012
Dans un communiqué ce lundi 4 novembre, la rébellion du M23 annonce qu’elle est prête à signer l’accord de paix avec le gouvernement congolais proposé par la médiation ougandaise le dimanche 3 novembre à Kampala. Le mouvement rebelle précise qu’il est disposé à signer cet accord sans condition et à tout moment que le facilitateur du dialogue en programmera la cérémonie «étant donné que cet accord reste l’expression de la volonté de toutes les parties au dialogue».

Les pourparlers de Kampala entre Kinshasa et le M23 avaient été suspendus le 20 octobre dernier, les deux parties n’ayant pas trouvé de compromis sur certains points de la propositon finale de la facilitation.

Il s’agit notamment de la question d’amnistie des rebelles et leur réintégration dans l’armée. Kinshasa refuse d’amnistier les auteurs de graves crimes comme les crimes de guerre et contre l’humanité mais se dit plutôt prêt pour un traitement du dossier au cas par cas.

Mais le 2 novembre dernier, le ministre des Affaires étrangères de la RDC, Raymond Tshibanda, qui conduit la délégation gouvernementale à ces discussions est retourné dans la capitale ougandaise.

Ce retour du chef de la diplomatie congolaise à la table de négociations est intervenu alors que l’armée congolaise a repris la quasi-totalité des positions tenues par les rebelles du M23 dans l’Est de la RDC.

Malgré cette victoire militaire, le chef de l’Etat congolais a expliqué au cours d’une adresse à la nation que les efforts politiques et diplomatiques pour rétablir une paix durable dans cette partie du pays devaient se poursuivre.

De son côté, Bertrand Bisimwa, le président du M23 a ordonné le dimanche 3 novembre la « cessation immédiate des hostilités » contre les Forces armées de la République démocratique du Congo, invitant tous les combattants de son mouvement à s’abstenir de tout acte ou comportement contraire à l’ordre donné.

Mais au lendemain de cette annonce, les combats entre l’armée congolaise et les rebelles ont repris. Le M23 a pilonné la cité de Bunagana, faisant au moins six morts et dix blessés parmi les civils.

De son côté, le porte-parole de la rébellion accuse l’armée régulière d’avoir attaqué à l’arme lourde les positions de son mouvement.

Lire aussi sur radiookapi.net:

2.relation avec le parlement et nouvelle citoyenneté, lors d'un point de presse expliquant la suspension du quotidien "Le journal". Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Le gouvernement de la RDC salue la décision prise par le président du M23 d’ordonner à ses troupes de « cesser immédiatement » les hostilités dans l’Est de la RDC. Pour Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais, « c’est la première étape avant la solution diplomatique qui sera la solution définitive ».

« En attendant de constater la réalité de cette cessation sur terrain par le M23, je pense que c’est un pas dans la bonne direction parce que nous ne sommes pas rentrés à Kampala pour autre chose. Nous sommes rentrés là-bas pour donner une chance à une issue politique à cette crise qui n’a que trop duré », a affirmé Lambert Mende.

Bertrand Bisimwa, le président du M23 a ordonné la « cessation immédiate des hostilités » contre les Forces armées de la République démocratique du Congo, invitant tous les combattants de son mouvement à s’abstenir de tout acte ou comportement contraire à l’ordre donné.

Lambert Mende pense que c’est la bonne décision que le M23 aura ainsi prise.

« Etant donné que c’est une guerre qui nous vient de l’extérieur, il est normal que ce soit diplomatiquement que nous puissions y mettre un terme. Et donc, cesser de faire agiter des éléments qui ne sont pas déterminants dans l’occurrence de la guerre et dans la cessation de cette guerre qui n’a que trop couté cher à notre population », a indiqué le ministre congolais des Médias.

Bertrand Bisimwa partage le même point de vue que Lambert Mende et indique que « le conflit étant politique, il doit être résolu politiquement ».
3.«Nous donnons une dernière chance à tous les combattants du M23 de se rendre », a déclaré vendredi 1er novembre le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole des Forces armées de la RDC (FARDC) au Nord-Kivu, selon une dépêche de l’AFP. L’officier militaire a lancé cet appel en prévision d’un nouvel assaut prévu par les FARDC pour déloger les derniers rebelles du M23 des quelques collines qu’ils occupent encore dans l’est de la RDC.

Depuis Bunagana, ancien quartier général du M23 et dernier bastion de la rébellion repris par l’armée jeudi 30 octobre, le lieutenant-colonel Hamuli affirme que les rebelles sont «pris en étau».

Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, avait expliqué auparavant que l’objectif des FARDC est de déloger le M23 des collines qui surplombent Bunagana.

«Hier [jeudi], nous avons pris la colline de Bugima, qui surplombe celle de Mbuzi. Aujourd’hui, Mbuzi devrait tomber d’elle-même. Il ne restera plus que la colline de Runyonyi. Celle de Chanzu n’est pas très stratégique», avait-il affirmé.

Fief politique et dernière place forte du M23, la localité de Bunagana, à la frontière ougandaise, à environ 80 km au nord de Goma (Nord-Kivu), a été reprise par les FARDC, soutenues par la brigade d’intervention de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), cinq jours après le début de l’offensive contre la rébellion.

Selon le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, environ deux cents éléments résiduels du M23 sont retranchés depuis mercredi à près de 2.000 mètres d’altitude sur les hauteurs cultivées proches de Bunagana et de la localité voisine de Jomba.

Selon le maire de Goma, Léon Bitegeka, des files de gens traversaient encore jeudi soir en Ouganda à cause des détonations qui se faisaient entendre vers Jomba, mais la nuit a été calme.

Bien qu’aucune détonation n’ait été entendue vendredi dans la matinée à Bunagana, certains habitants se disent ou se montrent encore peu rassu
Nancy sa vous cachez ,mon organisation oeuvre social pour le developpement au congo ''osodi'' plaide beaucoup pour la paix aux congo, voir meme sa video et plusieurs message de ces membre a world pulse, akonkwa, mapendo masawa, sauf nous manquons en milieu rural un centre mediatique bien connecter a l'internet pour vous faire arriver l'info
merci

AKONKWA

Nancy Janus's picture

Translation

The war in North-Kivu: A reality that destroys the environment, the environment of the Congolese; from 2008, every day war, war!

The Movement of March 23 (M23) which restricted the fighters to several hills at the border with Rwanda and Uganda have been shelling the city of Bunagana (North-Kivu )since 7:30am local time, despite the appeal by its leader, Bertrand Bisimwa from Kampala , (where has gone for peace talks with the Congolese government,) to stop the military hostilities begun Sunday, November 3.

The shells, thrown by the rebels of the M 23 from the heights of Chanzu have killed at least four and wounded 10 among the civilians, according to military sources. The population of Bunagana has once more found refuge in Uganda.

During this time the Armed Forces of the DRC are pursuing their operations against rebel positions in Chanzu, Mbuzi and Runyonyi, The last bastions of the rebels have undergone important reversals these last few weeks, these sources advise us.

Sunday, the president of the political branch of M 23, Bertrand Bisimwa, ordered the troops of this rebellion to immediately stop the hostilities with the FARDC. His order fell just as the army was shelling the last bastions of the rebels where 200-300 fighters were entrenched.

In a joint declaration published the same Sunday, the special envoys of the United Nations, of the European Union, of the African Union and of the United States “exhorted the M23 to give up its rebellion as previously agreed. Furthermore they demanded that the government of the DRC abstain from all military action at this stage.”

The special envoys encourage the two parties to pursue the political process and to come to an agreement in principle for disarmament and demobilization of the M 23.

The perpetrators of human rights violations must answer for their acts.

Help the DR Congo to contemplate peace and nonviolence

BALAGIZI MUHEBULE EMMANUEL's picture

merci nancy

l'info de l'amerique elle vrai, nous sommes fatique des geurres au congo , le pays aulieu de ce developper , la pauvrete detruit le pays en soit

Nancy merci , osodi congo ''notre organisation condamne toujours un telle leadership qui ne pas participative ou qui se marie avec l'idee de la population, nous sommes pres d'accueillir toutes les nations du monde au congo pour partager les resources du congo ensemble , mais pas ni par les armes, la forces, ni la violance , ces 23 ils onts organisé des choses loin de la population, puis la population congolaise est trés fatigué des telles learship d'exploitation et politique, nous avons besoins des leaders voter par sa propre nation loin des armes et corruption et tricheries des elections pour sursoir la democracie au congo. voici le message de m23
branche armée de la rébellion du M23 à Goma le 20 novembre 2012
Dans un communiqué ce lundi 4 novembre, la rébellion du M23 annonce qu’elle est prête à signer l’accord de paix avec le gouvernement congolais proposé par la médiation ougandaise le dimanche 3 novembre à Kampala. Le mouvement rebelle précise qu’il est disposé à signer cet accord sans condition et à tout moment que le facilitateur du dialogue en programmera la cérémonie «étant donné que cet accord reste l’expression de la volonté de toutes les parties au dialogue».

Les pourparlers de Kampala entre Kinshasa et le M23 avaient été suspendus le 20 octobre dernier, les deux parties n’ayant pas trouvé de compromis sur certains points de la propositon finale de la facilitation.

Il s’agit notamment de la question d’amnistie des rebelles et leur réintégration dans l’armée. Kinshasa refuse d’amnistier les auteurs de graves crimes comme les crimes de guerre et contre l’humanité mais se dit plutôt prêt pour un traitement du dossier au cas par cas.

Mais le 2 novembre dernier, le ministre des Affaires étrangères de la RDC, Raymond Tshibanda, qui conduit la délégation gouvernementale à ces discussions est retourné dans la capitale ougandaise.

Ce retour du chef de la diplomatie congolaise à la table de négociations est intervenu alors que l’armée congolaise a repris la quasi-totalité des positions tenues par les rebelles du M23 dans l’Est de la RDC.

Malgré cette victoire militaire, le chef de l’Etat congolais a expliqué au cours d’une adresse à la nation que les efforts politiques et diplomatiques pour rétablir une paix durable dans cette partie du pays devaient se poursuivre.

De son côté, Bertrand Bisimwa, le président du M23 a ordonné le dimanche 3 novembre la « cessation immédiate des hostilités » contre les Forces armées de la République démocratique du Congo, invitant tous les combattants de son mouvement à s’abstenir de tout acte ou comportement contraire à l’ordre donné.

Mais au lendemain de cette annonce, les combats entre l’armée congolaise et les rebelles ont repris. Le M23 a pilonné la cité de Bunagana, faisant au moins six morts et dix blessés parmi les civils.

De son côté, le porte-parole de la rébellion accuse l’armée régulière d’avoir attaqué à l’arme lourde les positions de son mouvement.

Lire aussi sur radiookapi.net:

balagizi

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

PHOTO ESSAY: The Dreams in Their Eyes

PHOTO ESSAY: The Dreams in Their Eyes

Community »

Connect with women on the ground worldwide

On Women's Agency in Southern Africa

On Women's Agency in Southern Africa

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

Welcome, Women in the World!

Welcome, Women in the World!

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative