Community Update

World Pulse Toolkits Available!

At World Pulse, we recognize the need for ongoing learning—for you and for your community! Our toolkits are all available here.

We are especially excited to share our signature Citizen Journalism and Digital Empowerment Curriculum. Start learning today!

La carence de l'eau dans la ville de Bukavu expose les filles et femmes aux eventuels risques

carence de l’eau dans la ville de Bukavu expose les filles et femmes aux éventuels risques
Bukavu est une ville de la province du sud Kivu , République Démocratique du Congo. Cette ville connait trois communes dont Kadutu, Ibanda, et Bagira
Dans ces communes Kadutu et Ibanda sont les plus concernées par cette carence en eau car la société congolaise qui se charge de la distribution d’eau s’appelle REGIDESO qui n’arrive plus a servir régulièrement les abonnes , chose qui rend difficile la communauté a répondre aux exigences de la sante humaine, manger , lessiver les habits , laver la vaisselle, boire et préparer les aliments
Un l’adage déclare dit –on l’eau c’est la vie et sans eaux il n’ya pas de vie , priver a une communauté l’eau c’est l’arracher la vie
Vue cette carence en eau dans les communes : Kadutu, Ibanda , les enfants filles et les femmes sont contraints se lever tôt le matin vers 3heures 30 pour aller puiser l’eau , a une distance comprise entre 5 a 7 km a pieds avec deux bidons en mains de 20 a 25 litres ou soit aller puiser l’eau sur le lac Kivu
Dans la commune de Kadutu, les lieux de puisages sont : Funu a Buholo I, Nyakaliba a L’ITFM, Kadurhu a Nyankafu et a Bagira vers Mwishekere Wesha
Nous saluons l’initiative de l’ONG SIKASH qui par sa bonne volonté a servi a une petite portion de 3 % de la population en eau par l’adduction d’eau et par l’aménagement de certaines sources d’eau potable
Ces filles et femmes courent les risques ci-après :
- Elles font des combats car se disputent la place sur les lignes pour puiser elles sont blessées
- Les ménages tombent souvent malades car consomment l’eau du lac Kivu : maladies d’origine hydrique
- Les filles et femmes souvent se noient dans le lac Kivu
- Elles tombent malades car ne terminent pas le sommeil
- Trop fatiguées car elles font trop de distances a pieds avec une charge au dos
- Courent les risques de tomber entre les mains de bourrons
Des pistes de solutions seraient à envisager entre autres
- Au gouvernement de capter l’eau du lac Kivu et l’orienter vers les centrales
ou cuves pour le traitement et le faire distribuer entre les abonnes et peut stimuler les non abonnes a s’abonnes et l’état pourra faire payer le taxe pour le trésor publique
- Au gouvernement de prendre ses responsabilités pour interdire les constructions anarchiques et vente anarchique des parcelles le long du lac Kivu
- Aux ONG et confessions religieuse de mener un plaidoyer enfin que les adductions d’eau soient disponibles partout dans les coins et recoins de la ville de Bukavu
- Aux associations féminines de mener une sensibilisation pour interdire la communauté de ne pas jeter les déchets et ordures végétaux dans le lac Kivu
- Au gouvernement de mettre une place un système de gestion des déchets et autres ordures déposer dans les dépotoirs publiques
C'est Anselme Mafundwe de l'association Femmes et Enfants en Danger / FED

English translation by community member Nancy Janus

WATER SHORTAGE IN THE CITY OF BUKAVU EXPOSES GIRLS AND WOMEN TO FUTURE RISKS

Water shortage in the city of Bukavu exposes girls and women to future risks.
Bukavu is a city in the in the province of Sud-Kivu, Democratic Republic of the Congo. This city has 3 communes: Kadutu, Ibanda and Bagira.
The communes of Kadutu and Ibanda are the most troubled by this water shortage because the Congolese society that is in charge of the distribution of water, which is called REGIDESO no longer comes regularly to bring water for subscribers; this makes it difficult for the community to respond to the needs of human health, eating, doing laundry, washing dishes, drinking and food preparation. There is a saying—with water there is life, without water there is no life. To deprive a community of water is to take away its life.

Given the water shortage in the communes of Kadutu and Ibanda, children, girls and women are forced to get up early in the morning, around 3:30 to go and fetch water. They go 5 to 7 km on foot with two cans in their hands of 20 to 25 L each, or they may go fetch water from Lake Kivu. In the commune of Kadutu the places to get water are: Funu a Buholo 1, Nyakaliba at the ITFM, Kadurhu at Nyankafu and at Bagira toward Mwishekere Wesha.
We praise the iniative of ONG SIKASH which, by its good will, has served a small portion (3%) of the population with water through its water supply and by the organization of certain sources of potable water.
These girls and women run the following risks:
They fight because they disagree about their place in the lines for fetching water and they’re wounded
Whole households often get sick because they drink the water from Lake Kivu: water-borne illnesses
Girls and women often drown in Lake Kivu
They get sick because they don’t get enough sleep
They get exhausted because they travel long distances on foot with a heavy weight on their backs
They run the risk of falling into the hands of drunks
The path to a solution would be to envision among other things
For the government to tap the water of Lake Kivu and convey it to a central processing plant or tanks for treatment and distribute it among subscribers; and stimulate non-subscribers to subscribe and the state could tax the people for this public treasure
For the government to take responsibility to forbid unlawful construction and unlawful sale of parcels of land along Lake Kivu
For the ONG and religious groups to lead a plea so that the water supply would become available in every nook and corner of the city of Bukavu
For the women's associations to lead a consciousness raising process to forbid the community from throwing trash and vegetable garbage into Lake Kivu
For the government to put into place a management system for waste and other garbage to be thrown in public dumping grounds
This is Anselme Mafundwe of the association for Women and Children in Danger/ FED

Comments

Debbie L's picture

Bon message

Bonjour Mafundwe,

Je suis contente que vous avez partager ce problème qu'envisage les femmes de votre communauté. C'est très inquiétant qu'il y a une carence d'eau. Dans mon pays, le Canada, nous n'inquiétons pas de ce problème, mais nous faisons face à un autre, le gaspillage d'eau. Je crois que les gens ici prennent pour acquis qu'on a une grande réserve d'eau potable et crois que cette eau ne finira jamais. Mais bien sure, cela n'est pas le cas. La population ne cesse d'augmenter et les gens utilisent leur eau sans limite, ce que je trouve inquiétant pour le future. Un jour, nous seront aussi en carence d'eau.

Je crois que vos idées de pistes de solutions sont bonnes, surtout la protection du lac Kivu. Les source d'eau potables, qui sont devenus si rares ces jours-ci, devraient être rigoureusement protégés. Il devrait avoir des gens qui informent les citoyens, hommes et femmes, de l'importance de garder ce lac propre et sécuritaire à la consommation. De plus, si les filles et les femmes sont en danger lorsqu'elles vont chercher de l'eau, ne serait-il pas une bonne idée que des hommes vont avec elles? D'abord ils vont les garder compagnie, les aider si elles ont besoin de l'aide ou si elles vont noyer, mais ils peuvent aussi surveiller les alentours pour voir si des gens ont jeté des déchets dans l'eau. Ils seront des patrouilles bénévoles de la sécurité du lac!

Un des problème qui pourrait contribuer à la carence en eau au RDC est aussi le réchauffement climatique. Non seulement l'eau s'évapore plus vite parce qu'il fait de plus en plus chaud, mais les nuages et les précipités changent partout dans le monde. Plusieurs endroits autour du monde sont devenus arides, alors que d'autres endroits sont inondés. Des catastrophes naturels sont de plus en plus fréquents. Est-ce que Kadutu et Ibanda avaient des carences d'eau dans le passé?

Debbie

Merci pour votre réaction combien importante et enrichissante
Pour question d'accompagner ces filles et femmes j'en suis tellement convainçu et je vais informer les hommes dans ma communauté de base à pouvoir le faire et cela par plusieurs séances d'entretien sur ces riques que courent les filles de 3h 30 du matin à la recherche d'eau
La carence d'eau ne pas due actuellement au rechauffement climatique à Bukavu mais c'est due à l'insuffisance et irregularités des dirigeants bref à la mauvaise gestion de cette ressource
Si non il ya d'eau en abondance et possibilité de trouver des sources par tout
Pour question de proteger la saleté le long du lac , nous avons une si faible implication car c'est un domaine purement reservé à l'etat car tous les canaux de conduite d'eau des quartier et avenus sont deversés vers le lac et la construction et vente des parcelles aux particuliers ne peuvent pas autorisé y faire une action , nous ne pouvons faire que le plaidoyer
Mais avec trop peu qu'on puisse comprendre
Merci et ne fait que compatir aussi avec nos collegues du Canada
Courage et a plus tard

Anselme Mafundwe

Nancy Janus's picture

Votre journal

Mon Cher Anselme

J’ai traduit votre journal en anglais. C’est très impressionant qu’un homme s’occupe tant de la protection des filles et des femmes. Vous avez un très bon coeur! Vos idées pour les gens de la ville de Bukavu et pour le gouvernement me pâraissent très intelligentes. Y a t’il beaucoup de problèmes de déchets et d’ordures dans le lac et dans la ville?

Je vous remercie ce journal intéressant.

Bien à vous,

Nancy

mafundwe Anselme's picture

Remerciement

Pas plus à dire que vous dire merci et courage dans l'esprit de partage et de participation

Anselme Mafundwe

Nancy Janus's picture

Translation

WATER SHORTAGE IN THE CITY OF BUKAVU EXPOSES GIRLS AND WOMEN TO FUTURE RISKS

Water shortage in the city of Bukavu exposes girls and women to future risks.
Bukavu is a city in the in the province of Sud-Kivu, Democratic Republic of the Congo. This city has 3 communes: Kadutu, Ibanda and Bagira.
The communes of Kadutu and Ibanda are the most troubled by this water shortage because the Congolese society that is in charge of the distribution of water, which is called REGIDESO no longer comes regularly to bring water for subscribers; this makes it difficult for the community to respond to the needs of human health, eating, doing laundry, washing dishes, drinking and food preparation. There is a saying—with water there is life, without water there is no life. To deprive a community of water is to take away its life.

Given the water shortage in the communes of Kadutu and Ibanda, children, girls and women are forced to get up early in the morning, around 3:30 to go and fetch water. They go 5 to 7 km on foot with two cans in their hands of 20 to 25 L each, or they may go fetch water from Lake Kivu. In the commune of Kadutu the places to get water are: Funu a Buholo 1, Nyakaliba at the ITFM, Kadurhu at Nyankafu and at Bagira toward Mwishekere Wesha.
We praise the iniative of ONG SIKASH which, by its good will, has served a small portion (3%) of the population with water through its water supply and by the organization of certain sources of potable water.
These girls and women run the following risks:
They fight because they disagree about their place in the lines for fetching water and they’re wounded
Whole households often get sick because they drink the water from Lake Kivu: water-borne illnesses
Girls and women often drown in Lake Kivu
They get sick because they don’t get enough sleep
They get exhausted because they travel long distances on foot with a heavy weight on their backs
They run the risk of falling into the hands of drunks
The path to a solution would be to envision among other things
For the government to tap the water of Lake Kivu and convey it to a central processing plant or tanks for treatment and distribute it among subscribers; and stimulate non-subscribers to subscribe and the state could tax the people for this public treasure
For the government to take responsibility to forbid unlawful construction and unlawful sale of parcels of land along Lake Kivu
For the ONG and religious groups to lead a plea so that the water supply would become available in every nook and corner of the city of Bukavu
For the women's associations to lead a consciousness raising process to forbid the community from throwing trash and vegetable garbage into Lake Kivu
For the government to put into place a management system for waste and other garbage to be thrown in public dumping grounds
This is Anselme Mafundwe of the association for Women and Children in Danger/ FED

Nous comme membres de l'association femmes et Enfants en Danger FED avons imaginé à notre niveau de faire la sensibilisation à travers les communautés enfin de liberer dans chaque ménage une somme équivalent à 3 dollars americains et faisons le plaidoyer aux associations qui oeuvrent dans le domaine d'adduction d'eau de penser à nous raccorder en eau potable
L'eau en soit ne présente pas une carrence mais la population s'est multipliée dans un quartier ou pouvait habiter 20 ménages aujourd'hui habité par 80 menages
Cela est du au fait que une grande partie de la population rurale a fuit les attaques , les pillages , les tueries, l'insécurité des hommes en uniforme militaires
Nous sommes convainçus que si nous trouvons un appui le plaidoyer de servir ces menages peut diminuer de 15%
Nous sollicitons votre intervention pour que l'Association FED arrive à atteindre cet objectif
Cette association a fait une sensibilisation à grande echelle et aujourd'hui certains hommes ou garçons adultes accompagnent dejà les filles et femmes à aller puisser tot le matin et à interdire aux filles et femmes d'aller puiser pendant les heures secures de 5heures à 6heures du matins pour eviter le scandale ou autres risques si ces filles et femmes ne sont pas accompagnées

Anselme Mafundwe

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Letters to a Better World

Letters to a Better World

Community »

Connect with women on the ground worldwide

shazia @ shiree's picture

BANGLADESH: Finding Fatima

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

The Women of World Pulse LIVE: Meet Olanike

The Women of World Pulse LIVE: Meet Olanike

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative