Community Update

Digital Empowerment Toolkit Now Available!

At World Pulse, we recognize the need for ongoing learning—for you and for your community! Our toolkits aim to provide the resources you need to advance your social change work.

We are excited to introduce our Digital Empowerment Trainers’ Toolkit, a dynamic resource to help you bring the benefits of connecting online to women in your community. Check it out today! »

RDC : Espérance BAYEDILA, La Première Femme Docteur En Communication

Source: Kongo Times

03/09/2013

"Elle est entrée dans les annales du monde scientifique congolais. Première femme à défendre avec brio sa thèse en communication en République démocratique du Congo, Espérance Bayedila est aujourd'hui une référence.

Dans l'univers des médias congolais, on la considère comme la toute première femme docteur en communication formée au pays. Ce défi, Espérance Bayedila tenait à le relever. Déterminée à briser les stéréotypes des sociétés africaines, à prouver qu'une femme est en mesure de défendre sa thèse sans complaisance au même titre que ses collègues hommes, elle a osé franchir le Rubicon.

Le 19 janvier 2007 restera à jamais gravé dans sa mémoire et dans l'histoire de l'Institut facultaire des sciences de l'information et de la communication (IFASIC), son alma mater. C'est en fait en cette date qu'Espérance Bayedila a prouvé à la face du monde de quoi elle est capable.

Quatorze ans après la création de cette école nationale des communicateurs, elle est devenue la première femme à défendre une thèse avec succès. Une thèse axée sur «La reproduction du statut de la femme dans la communication interpersonnelle et l'anthropologie de la communication».

Bien entendu, la récipiendaire est sortie haut la main. Toute fière d'avoir obtenu 90 %. Une très grande distinction. L'une de plus grandes mentions de son institution.
"EXIGE BEAUCOUP DE TOI-MEME ET ATTENDS PEU DES AUTRES"

Rigoureuse, courageuse, Espérance Bayedila n'a pas eu froid aux yeux quand il lui a fallu affronter son jury, essentiellement constitué d'hommes, des professeurs qu'elle respecte et dont elle révère le savoir. L'étape franchie, elle est entrée par la grande porte, dans le cercle réduit des femmes professeurs d'Université du Congo. Plus donc question de céder la place au complexe d'infériorité dont font preuve plusieurs femmes en matière scientifiques.

Fervente admiratrice du penseur chinois Confucius, Espérance Bayedila a fait d'une de ses citations sa règle d'or qu'elle affiche d'ailleurs avec fierté sur le mur de son bureau à l'IFASIC : "Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres. Ainsi, beaucoup d'ennuis te seront épargnés". Ces phrases résument avec éloquence l'esprit même de la toute première femme docteur en communication de la RDC.
UNE FRONDEUSE FACE A MOBUTU

Moins enclin à la complaisance, Espérance Bayedila se rappelle avoir affronté Mobutu en face alors qu'elle n'était encore qu'étudiante en 1ère licence en Journalisme politique extérieure et critique littéraire à l'ex-ISTI (actuel IFASIC). Agée de 24 ans, elle était invitée à la consultation populaire que ''le Président fondateur'' venait d'amorcer à Kinshasa au crépuscule de son régime en 1989.

"Lors de cette rencontre publique où toutes les forces vives du pays étaient réunies, les intervenants de différentes couches sociales du pays passaient pour dire au chef de l'Etat que tout allait bien au pays, raconte Espérance Bayedila. J'ai été révoltée face à ces mensonges que débitaient même des professeurs d'université qui avaient ouvertement peur de dire la vérité au Président".

"Au terme de toutes les interventions, poursuit-elle, j'ai levé la main pour parler. Tout le monde s'est tu pour m'écouter, y compris Mobutu. J'ai alors démontré que tout ce que mes prédécesseurs avaient débité était contraire à la réalité. Que le pays allait mal. Très mal. Le Président du Zaïre a admiré mon courage et s'est chargé lui-même de ma sécurité pour mon retour à domicile. Il a par ailleurs organisé une autre rencontre privée avec les étudiants de l'ISTI à l'époque pour mieux m'écouter".

A la chute du régime Mobutu, Espérance Bayedila garde toujours son courage pour décrier, à la radio nationale, l'attitude de ses confrères qui venaient perturber le cours du journal du soir par de longs discours apologiques favorables au nouveau régime. L'audace de cette jeune journaliste, l'une des rares à être promue chef d'édition du journal de 19 heures à la RTNC, dut interpeler l'ADG de la chaîne, Kitenge Kikumba qui, curieusement, avoua son admiration pour cette femme dont la prestation le marquait.
DRESSEE A LA CULTURE DE L'EFFORT

Brillante étudiante en journalisme depuis ses débuts à l'ISTI en 1987, Espérance Bayedila se souvient avoir distingué deux fois avec la mention 75 %, en graduat (1989) comme en licence (1993) avant d'être retenue assistante. Son ascension dans l'enseignement sera vertigineuse. Assistante, elle se retrouvera vite chef des travaux avant d'amorcer le doctorat.

Originaire du Bas-Congo, née le 24 mars 1965, Espérance Bayedila a appris la culture de l'effort dès sa tendre enfance. Dressée par un père rigoureux, elle a subi la discipline des religieuses du Lycée Motema Mpiko où elle a fait ses humanités : scientifiques d'abord, littéraires ensuite avant les deux classes terminales en pédagogie. Pas étonnant qu'elle se retrouve pédagogue une fois à l'université et que la section littéraire ait préparé le lit à sa carrière journalistique.

Grâce à son talent, à sa vivacité d'esprit, Espérance Bayedila a été promue à la tête d'un projet de la FAO qu'elle a dirigé en RDC pendant cinq ans (2007-2011), rendant régulièrement compte à la hiérarchie à Rome (Italie). Parallèlement, elle se vit hissée au sein du comité de gestion de l'IFASIC en février 2009 au rang de Secrétaire général administratif. Une première, dans l'histoire de cet établissement. Elle n'est certes pas la première femme au sein du comité, mais plutôt la première à occuper ce poste.
"ON NE PEUT RECONSTRUIRE LA RDC QU'EN MISANT SUR L'EDUCATION"

Au cœur du film «Les parents les plus stricts du monde», Espérance Bayedila a séduit les réalisateurs de la chaîne française M6 qui ont tourné ce documentaire destiné à montrer à la face du monde qu'il est possible de rééduquer, en Afrique, deux enfants gâtés par la culture européenne.

La mort brusque de son mari, acteur aussi du film et détenteur d'une double licence, l'aura beaucoup déboussolée. Mais ferme, cette mère de cinq enfants dont quatre filles, va lutter pour continuer à tenir l'équilibre de son foyer.

Façonnée par les épreuves, Espérance Bayedila croit dur comme fer qu'on ne peut reconstruire la RDC qu'en misant sur l'éducation, sur l'instruction. Une recommandation qu'elle fait aux jeunes filles et aux femmes de son pays, convaincue que le pouvoir promis par la Constitution, au nom de la parité, ne leur sera pas donné sur un plateau d'or."

Licence de l'article: Copyright - Titulaire de la licence de l'article: Kongo Times

Downloads

Comments

PRINCESSE MULUZINYERE's picture

Merci

merci beaucoup ma très chère Delphine d'avoir partagée cette histoire intéressante cette dame de notre RDC aujourd’hui! cette dame devient vraiment un moment de communication!
a elle je rend mes hommages!
s'il vous plaît sa recommandation aux femmes est très intelligente et raisonnée ,comment elle en pense?
un peu d'explication; j aimerai donner cette information aux femmes dans ma communauté!
merci!

Princesse

delphine criscenzo's picture

Elle explique que

Elle explique que l'instruction des femmes est importante mais que ce n'ai pas la seule solution pour changer les choses pour les femmes de la RDC.
Elle dit que la Constitution du Congo garantit aux femmes l'egalite, mais que les hommes au pouvoir ne vont pas partager leur pouvoir facilement.
Son conseil c'est "exiges beaucoup de toi meme et attends peu des autres!"
Son conseil n'est pas tres concret.
Peuses tu que l'instruction des femmes soit la reponse aux problemes?
Quelles sont les conseils que tu donnes aux jeunes filles avec qui tu travail?
A bientot mon amie!

Delphine Criscenzo

PRINCESSE MULUZINYERE's picture

Merci infiniment Delphine,

votre explication rend comprehensive cet journal! l'instruction des femmes congolaises est l'un des elements qui pouraient les aider à s'epanouir mais ce n'est la seule reponse à ses problèmes !
les conseils que je donne aux filles avec qui je travaille est : user les dons que vous avez afin que les autres puissent en profiter ainsi tu gagnera ta vie,avoir surtout l'esprit de créativité pour être soulevé! penser à être leader grâce ses vision de future...

merci,
A bientôt ma très chère amie!

Princesse

Kika Sylvie Katchunga's picture

Merci de partage avec nous

cette dame de RDC ce qui la explique moi je suis pas d'accord avec elle. car moi je sais que instuire quelqu'un se lui faire sortir de l'ignorence vers la connaissance.et si on peut instruire des femmes de RDC sans peut nous aident de plus et sa peut même donne de reponse a nos problemes.

sylvie

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Inside Congo's Growing Sisterhood

Inside Congo's Growing Sisterhood

Community »

Connect with women on the ground worldwide

PAKISTAN: They Went to School and Never Came Back

PAKISTAN: They Went to School and Never Came Back

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

Announcing Our Prize Winners!

Announcing Our Prize Winners!

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative