Community Update

World Pulse Toolkits Available!

At World Pulse, we recognize the need for ongoing learning—for you and for your community! Our toolkits are all available here.

We are especially excited to share our signature Citizen Journalism and Digital Empowerment Curriculum. Start learning today!

LA PROBLEMETIQUE DE L'EDUCATION ET INSTRUCTION DES FILLES/UN DEFIS A RELEVER

Dans notre pays, la République Démocratique du Congo l'éducation et l'instruction des filles posent encore des sérieux problèmes, surtout en milieux ruraux. Plusieurs causes sont à la base de la non scolarisation des filles. Parmi ces causes, nous pouvons citer quelques unes, notamment :
-Les coutumes ancéstrales et rétrogrades
-Les mariages précoces
-La pauvreté des parents
-Les guerres à répétition
N.B La liste n'est pas exhaustive.
S'agissant des coutumes; en Afrique en général; dans beaucoup des pays, une fille instruite c'est une femme considérée comme une personne hautaine, qui cherche à se comparer aux hommes. Dans la société traditionnelle, cette catégorie de fille ne pouvait pas être épousable.
2. Quand aux mariages précoces, en République Démocratique du Congo, dans plusieurs village, une fille à partir de 13, 14 voire 15 ans pouvait et peut déjà être candidate au mariage, avec bien sûr un homme d'une vingtaine, trentaine ou même une quarantaine d'années. Les risques sont grandes surtout ceux liés au non développement des organes pour la réproduction. Ce qui fait que dans beaucoup des villages, on enrégistre plusieurs cas des décès pour ces femmes primipares, au moment surtout de l'accouchement.
3.La question liée à la pauvreté des parents constitue un réel et sérieux problème. Dans les villages comme en ville, beaucoup de familles éprouvent d'énormes difficulté à scolariser tous les enfants en général. Cela est souvent dû par le fait que, plusieurs familles disposent en moyenne 6, 7; voir même 8 à 12 enfants. Parmi ces enfants on peut y rencontrer 5,6,7 ou 8 filles. Dans pareils cas, la priorité est surtout accordée aux garçons.
-Un autre aspect lié à la pauvreté réside dans le fait que dans les villages, la majorité des familles savent d'emblée que la ,femme constitue une main-d'oeuvre. Dès lors, les filles à l'instar de leurs mamans constituent des véritables actrices agricoles lorsque l'on sait que plus ou moins 80 pour cents des ménages vivent surtout grâces aux productions agricoles. Pour cette raison, au lieu que les filles puissent être inscrits à l'école, la majorité des parents pensent que ces derniers doivent plutôt aller s'occuper des travaux champêtres. Après avoir quitté les champs, elles iront couper du bois en forêts, puiser de l'eau à la source ou à la rivière, laver la vaisselle, piler les maniocs pour avoir de la farine, cuire les aliments,etc... C'est un horaire très surchargé pour les femmes y compris leurs filles.
Par ailleurs, étant donné que les familles ont plusieurs enfants, suite aux naissances très rapprochées, cet aspect contribue aussi à la non scolarisation des filles, car, à partir de 7 voire 8 ans, la petite fille accompagne sa mère au champs en transportant au dos le bébé que sa maman dispose. Ainsi, au lieu d'être inscrite à l'école, la petite fille est déguisée en gardienne d'enfants.
Face à ce fléau, comment peut-on sauver la situation de la fille qui est la femme de demain ?
Plusieurs défis sont à relever, notamment :
-Sensibiliser les parents, les hommes, les femmes y compris toute la société sur la problématique liée au manque d'instruction de la femme y compris les conséquences auxquelles celle-ci fait face.
-Procéder à des plaidoyers qui incitent les Etats à prendre en compte l'éducation de la jeune fille et à le rendre obligatoire.
-Encourager les initiatives lancées par l'Unicef à travers sa campagne "Toutes les filles à l'Ecole'
-Soutenir ces initiatives,
-Initier et multiplier des initiatives d'éducation des adultes, notamment des micro-projets d'alphabétisation des adultes en vue d'apprendre aux femmes à lire et à 'écrire.
-Plaider auprès des gouvernants de différents états à rendre la scolarisation des enfants "Gratuite" à l'école primaire.
-Proposer des cadeaux aux filles qui réussissent en classe parmi les garçons,
-Sensibiliser les parents y compris les filles elles-mêmes à éviter les mariages précoces,
-Sensibiliser les états à respecter tous les instruments juridiques internationaux initiés en faveurs des femmes, notamment celui de l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, la résolution 1325, etc...
NB. La liste n'est pas exhaustive. Il y a beaucoup à faire dans ce secteur. Il est important d'appuyer les organisations qui ont la promotion du genre dans leurs domaine d'intervention.
-L'encadrement des filles à travers la mise en places des centres sociaux et des métiers, les activités réligieuses constituent aussi des voies et moyens pour léver ce défi.
-La guerre constitue un facteur très crucial qui avilit la femme, en commençant par la petite fille. Lorsque les familles sont confrontées aux perpétuels mouvement, fuyant la recrudescence de l'insécurité, parmi les conséquences figure la non scolarisation des enfants dont parmi eux figurent les filles. A et effet, la Pacification de notre Pays et celles de tous les Etats africains constitue une nécessité absolue.
Parmi les conséquences des conflits armés figurent la Paupérisation des populations qui se voient pillées de leurs biens. Dépourvues de tout, comment peuvent-elles prendre en charge l'éducation de leurs progéniture ?
LA PAIX constitue à cet effet l'élement primordial si l'on tient à péréniser l'éducation et l'instruction de tous les enfants et plus particulièrement celle des filles en République Démocratique du CONGO et notamment dans les autres pays africains.

English translation by community member sepiepang

REASONS WHY EDUCATING AND COUNSELLING GIRL CHILD POSES A FORMIDABLE CHALLENGE

In our country, the Democratic Republic of Congo (DRC), educating and counselling the girl child, still posses a lot of problems, especially in rural areas. There are many root causes to why these girls are not educated, amongst which are:
- Ancestral and outdated customs;
- Early marriages;
- Impoverished parents;
- Incessant wars.
NB: Just to name a few.
According most African customs, an educated girl is generally considered as a snob, who wants to measure up with men. In the traditional society, such category of girls is never considered suitable for marriage.
2) As for early marriages, in most villages in the DRC, any girl aged 13, 14 to 15 could and may already aspire for marriage, to a man of more than 20, 30 and why not even 40 or more years old. Needless to say the risk of their reproductive organs being premature is quite high. Consequently there is high death toll among these precocious women in many villages, occurring particularly during child birth.
3) The impoverishment of parents constitutes a genuine and serious problem. In villages like in towns, many families face a lot of difficulties in sending all their children to school.
That is sometimes due to the fact that many families have an average of 6, 7; or even between 8 and 12 children. Amongst these children, are found 5, 6, 7 or 8 girls. In such a case, priority is given to the boys.
- Another aspect of poverty resides in the fact that in villages, most families accept from the outset that women constitute the workforce. As such, these girls just like their mothers constitute a major agricultural workforce given that 80% of households survive entirely on agricultural products. For that reason, instead seeking admission for the girl child in a school, most parents believe that they should rather take care of farm work.
After completing their farm work, they fetch firewood from the forest, fetch water from the spring or river, wash dishes, pound cassava to obtain flour, cook food, etc…. This represent a very tight work schedule for the women including their daughters.
Moreover, given that these families bear many children, as a result of close-spaced birth, which also contributes to the illiteracy of these young girls, for, as from 7 or even 8 years, the small girl already accompanies her mother to the farm, while carrying her mother’s baby on her back. Thus, instead of attending school, the little girl is transformed into a babysitter.
In the face of this scourge, how can the situation of the girl child, who represents the woman of tomorrow, be remedied?
A good number of challenges await the community, namely:
- Raising the awareness of parents, men, women and the society at large about lack of education for women including the consequences awaiting them;
- Advocate at the level of Governments in view of persuading them to take the education of the young girl into consideration and to make it mandatory;
- Encourage the initiatives deployed by UNICEF thanks to its “All Girls to School” campaign;
- Support these initiatives;
- Initiate and multiply adult education initiatives, notably adult literacy micro-projects aimed at teaching women how to read and write.
- Advocate for Governments to render child education “Free” at the primary school level;
- Offer gifts to girls who are successful in exams amongst the boys;
- Sensitise parents including girls themselves abstain from early marriages;
- Sensitise Governments to comply with all international legal instruments promulgated in favour of women, namely that relating to discrimination against women, Resolution 1325, etc …
NB: The list is not exhaustive. Much remains to be done in this area. It is important to support organisations involved in gender empowerment activities;
- Provide guidance to girls by putting in place social and vocational centres, religious activities also represent ways and means of meeting this challenge;
- War is one very crucial factor that debases women, starting with the girl child. Whenever families are pushed be permanently on the move, running away from fresh insecurity, some of the immediate consequences are that children are kept out of school, amongst which are girls. For this reason, the re-establishment of peace in our Country and within all other African States is of absolute necessity.
Some of the consequences of these armed conflicts include Pauperisation of the people whose properties are looted. Deprived of all belongings, how can they sponsor the education of their offspring?
PEACE constitutes in this regard the fundamental element if education and counselling of all children and more particularly the girl children in the DRC and in other African Countries were to be perpetuated.

This story was written for World Pulse’s Girls Transform the World Digital Action Campaign.

World Pulse believes that women's stories, recommendations, and collective rising leadership can—and will—bring girls greater access to education which will transform their lives, their families, and communities. The Girls Transform Campaign elicits insightful content from young women on the ground, strengthens their confidence as women, and ensures that influencers and powerful institutions hear their stories.
Learn more »

Comments

Veronique_S's picture

Shedding light!

Hi Medeleine,

Thank you for sharing. I thought your writing was exposing the darkness that existed in your community, I also found myself thinking about the lack of consideration for these young women who are still children. Quite a challenge your community face with those matters you highlighted. I was surprised that these matter still exist. Indeed those solutions your article made mention of can be used to mitigate such problems.

I would be happy if you can share, how you overcome this obstacles to be a voice for change?

~Veronique

MADELEINE BWENGE's picture

Shedding Light

Merci Véronique pour avoir exploité ma publication concernant la problématique de l'éducation des filles en RDC. Le constat reste très déplorable lorsque l'on s'imagine le nombre des filles ou des femmes ne sachant ni lire ni écrire dans nos villages. Dans beaucoup des tribus de la RDC, les coutumes persistent encore. Ces coutumes dont la plupart d'entre elles ne privilégie pas la fille en particulier ni la femme en général. Dans mon articles j'avais présenté quelques pistes de solution. Toutefois, la mobilisation de toutes les femmes à envoyer les petites filles à l'école peut être une action réussie au cour de plusieurs actions passées sous forme des campagnes de sensibilisation. Cependant, les questions liées à l'insécurité grandissante qui entraine des déplacements intempestifs y compris la pauvreté car les familles manquent de stabilité lorsqu'elles continuent à fuyer les massacres, cela constitue un sérieux problème.
Notre lutte devra plus s'orienter vers plusieurs plaidoyers en faveur d'une PAIX DURABLE dans la pays.

Aurore's picture

Bonjour Madeleine, Merci pour

Bonjour Madeleine,

Merci pour cet article très structuré qui présente à la fois les problèmes existants et les solutions possibles. Mais comme vous le soulignez, ces solutions sont très fragiles dans un contexte de conflit comme celui auquel doit faire la RDC. Pensez-vous que dans ce cas,la mobilisation des parents pour l'éducation des filles pourrait être faite en parallèle, dans les régions en conflit, avec une sensibilisation aux bénéfices d'un "cessez-le-feu"?

Pour finir, merci de continuer à être l'une des voix francophones les plus actives sur World Pulse :)

Chaleureusement,
Aurore

MADELEINE BWENGE's picture

MERCI AURORE

Je suis très encouragée par votre réaction. La question étant très complexe, plusieurs contraintes qui militent dans le blocage se rapportant à l'instruction des filles dans notre pays se situent dans les multiples conflits armés imposés indûment aux congolais. C'est une réalité, toutes les entraves au développement de la femme en DRC se résument par l'insécurité récurrente surtout dans la partie orientale du pays. C'est ce qui nous oblige surtout à hausser nos voix contre cette insécurité souvent entretenue pour massacrer les congolais, piller nos ressources et violer les femmes et filles dans notre pays. Notre grand souci c'est celui de voir le Conseil de sécurité des Nations-Unies pacifier notre pays pour permettre aux femmes congolaises et notamment aux filles d'aller de l'avant comme c'est le cas dans d'autres pays.

Madeleine

smothyz's picture

peace is indeed a necessity

your article sheds light on life in Congo and i believe its the same case for most of African countries. i do agree with you that we need a mind-shift and the government needs to also get involved. In my country Kenya, they have introduced a jail sentence for any parent found not enrolling their children in school especially since it is free. however, most parents still do not take their kids to school scared that they might become "civilized" and thus leave their traditions and customs. I agree that educating the parents on the advantages of educating both the sexes and the disadvantages of giving away their girls for early marriages are shall go a long way to help in your fight.

all the best.

Claudia

Darkness cannot drive out darkness; only light can do that. Hate cannot drive out hate; only LOVE can do that. -Martin Luther King Jnr.

Merci ma chère Claudia pour votre réflexion par rapport à ma publication. Les filles et les femmes continuent à être victimes de plusieurs maux dans nos pays africains. Nous continuons à sensibiliser tous les acteurs sociaux pour que ces pesanteurs qui asphyxient les femmes puissent cesser. Cependant, nos Etats doivent reconstruire la PAIX; car, sans la paix, les enfants ne peuvent pas étudier, surtout lorsque leurs familles sont dans de perpétuels mouvements, fuyant l'insécurité.

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Letters to a Better World

Letters to a Better World

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

World Pulse Launches our Inaugural Community Advisory Board!

World Pulse Launches our Inaugural Community Advisory Board!

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative