Get our free emagazine!

République Démocratique du Congo

Les Maman Shujaa, Héroïnes du Congo, se sont fait entendre pour que les voix des Congolaises soient entendues, pour que leurs rêves et leurs combats soient connus, et pour travailler ensemble et influencer la politique internationale. Aujourd’hui, la République Démocratique du Congo est l’une des régions les plus actives de notre réseau mondial, et les femmes de la RDC gagnent en force.

Visitez notre nouvelle page régionale sur la RDC pour entrer en contact avec cette communauté croissante.

La Distance Parcourue

Il y a un an, Neema Namadamu fondait le Centre Média Maman Shujaa en RDC; aujourd’hui elle revient sur son succès croissant.

« Les femmes trouvent en elles une confiance qu’elles ne pensaient pas avoir. Elles découvrent en elles des réponses qui les accompagnent depuis toujours sans qu’elles les voient. »

Neema Namadamu

Photo © Jennifer Esperanza

To read this article in English, click here.

C’est un miracle que nous parlions aujourd’hui. Nous sommes si éloignées et pourtant voilà où nous en sommes. Je suis venue vers vous et vous avez répondu à mon appel – et maintenant nous sommes ensemble.

Il y a à peine plus d’un an, nous les femmes du Sud Kivu, RDC, nous connections pour la première fois en tant que groupe : les Maman Shujaa, « Héroïnes ». Nous voulions nous connecter et partager nos récits avec nos sœurs partout dans le monde. La demande pour être connectée a tellement augmenté que rapidement, nous étions deux par siège. Le mois dernier, 1 250 femmes se sont partagé les chaises au sein de notre Centre Média. Nous venons de toutes les tribus, tous les milieux, toutes les professions, toutes les situations, et nous sommes ensemble ! Nous sommes là les unes pour les autres, en tant que femmes. Et des hommes se joignent également à notre cause. Des policiers, des militaires, des membres du gouvernement nous rejoignent. Des pasteurs, des avocats, des docteurs et des chefs d’entreprise sont aussi à nos côtés. Des étudiantes à l’université aux grand-mères, nous donnons de la vie à tout ce qui nous entoure.

La technologie a changé ma vie et change celle de mes sœurs congolaises. Parce que vous nous écoutez, des femmes qui vivent dans le pire endroit au monde pour les femmes – des femmes qui ont vécu leurs vies entières dans le silence – trouvent leur voix, racontent leurs histoires et partagent leurs solutions pour la paix. Ces femmes trouvent en elles une confiance qu’elles ne pensaient pas avoir. Elles découvrent en elles des réponses qui les accompagnent depuis toujours sans qu’elles les voient. Elles se rendent compte que les solutions à tous les problèmes du Congo se trouvent en elles, dans leurs cœurs et dans leurs pensées. Elles comprennent la nécessité de s’affirmer, avec l’énergie nécessaire pour créer un futur pour elles-mêmes, leurs enfants et leurs communautés. La réponse doit être là, à l’intérieur du Congo. La paix doit être présente. Les femmes doivent être présentes.

Etre présent-e n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Venir au Centre Média est extrêmement difficile pour beaucoup. Après tout, aux yeux de la société, nous sommes « juste » des femmes. Tout, autour de nous, semble avoir besoin de nos soins ; peu importe notre âge ou nos devoirs, nous les femmes sommes apparemment responsables de tout. Cela laisse évidemment bien peu de temps à « gaspiller » pour se rendre au Centre. Pourtant, Stéphanie vient deux fois par semaine de Mwenga, à quatre heures de bus du Centre. Et plusieurs membres de l’organisation Femme et Enfant en Danger (FED) marchent plusieurs fois par semaine environ 12 km depuis Ciriri. Nous avons pas mal de femmes en situation de handicap qui se débrouillent pour nous rejoindre, ainsi qu’un certain nombre de femmes enceintes.

Une fois arrivées, d’autres obstacles les attendent. 60 femmes sont actuellement inscrites dans notre cours basique de maîtrise des outils informatiques où elles apprennent à utiliser un ordinateur ; ces femmes ont beaucoup de chemin à faire avant d’arriver en ligne. Bien sûr, tout cela est intriguant et attirant, mais essayez d’imaginer : vous n’avez jamais vu une automobile de votre vie et soudain quelqu’un arrive dans une superbe nouvelle voiture, se gare sur le côté d’un chemin qui peut difficilement être qualifié de route, vous donne les clés, et vous dit que la voiture est à vous pour un tour. C’est une situation un peu intimidante. Mais nous sommes des privilégiées. Au Congo, seul 1,7% de la population a accès à cette technologie. Et combien parmi eux sont des femmes selon vous ? Cette situation n’est pas propre au Congo, elle se retrouve partout en Afrique et dans beaucoup d’autres pays en développement.

Pourtant, grâce à cette technologie, nous changeons le monde. Notre pétition en ligne demandant une solution pour la paix a recueilli plus de 100 000 signatures. Et les signatures continuent d’affluer en signe de solidarité, même si les Etats-Unis et les Nations Unies ont chacun déjà nommé des envoyés spéciaux pour le Congo. Des femmes en situation de handicap, qui vivaient auparavant en marge de la société, font aujourd’hui du commerce en ligne à Shakoshi, une coopérative de couture. Et des jeunes filles leaders visitent les communautés rurales pour parler des droits des femmes, discuter de certains sujets tabous, toucher les cœurs et faire une différence, tout cela d’une manière dont elles seules ont le secret.

Etre ici est tellement incroyable, toutes réunies dans un cœur et un esprit. Nous avons parcouru un long chemin pour nous retrouver ici et la distance parcourue est ce qui nous lie. « Ici » est plein de promesses, d’amis, d’objectifs. L’air est pur ici. D’ici, nous pouvons entrevoir notre futur. Nous avons toutes voyagé ensemble, fait le tour du monde sans visa, sans même un billet. Nous nous rendons mutuellement visite et nous partageons nos pensées, nos moments, nos vies. Et nous devons dire : c’est merveilleux de voyager autour du monde avec vous.

Neema Namadamu a commencé à militer pour le changement dès son adolescence, en présentant un programme national à la radio nationale du Congo. Neema a siégé au Parlement de sa province et a été à l’échelle nationale conseillère technique auprès du Ministre pour le Genre et la Famille au Congo. En 2007, elle est revenue de Kinshasa dans sa région natale de l’Est de la RDC où elle a activement milité pour la paix, les femmes, les personnes en situation de handicap, et les populations indigènes marginalisées. Avec l’aide de World Pulse, Neema a ouvert en juillet dernier un Centre Média pour les femmes afin de diffuser la culture numérique et faciliter l’activisme en ligne de ses membres, qui se définissent comme Maman Shujaa, les Héroïnes du Congo. Suivez Neema et les Maman Shujaa à www.namadamu.com et sur Facebook.

Comments

BALAGIZI MUHEBULE EMMANUEL's picture

chère Maman

chère Maman Neema,

Bonjour.

votre journal du 17 novembre m'a particulièrement touché surtout pour son analyse et son fonds. je suis consciente que toutes les maman Shujaa sont conscientes de cette grande richesse et cette opportunité que nous offre le centre Maman SHUJAA;
Dire que nous sommes si loin et pourtant si prêts, c'est une véritable réalité car à travers cette technologie qui nous est offerte, nous échangeons avec nos soeurs de tous les coins du monde. Encore une fois, nos sincères sentiments de gratitude.

La paix au Sud Kivu est une urgence et un besoin pour le développement de notre beau pays le Congo. Un pays touristique avec de grandes potentialités où la population souffre de misère depuis une décenie des guerres en répétitions, de pillages et de viols. Nous devons profiter de cette période déclarée de paix pour refaire tout ce qui a été détruit par la guerre,en commençant par l'accompagnement psychosocial de victimes de viol et violences sexuelles et basées sur le genre et porter un soutien aux initiatives locales de développement.
Reconstruire l'histoire du Congo, à mon avis, c'est aimer d'abord ce beau pays, protéger son environnement et militer avec les gens de bonne volonté, se joindre avec nos soeurs héroïnes paysannes qui assurent la survie de tous les gens qui habitent en ville grâce à leur courage incomparable et leur dévouement.
Pourqoui nous joindre à nos soeurs paysannes? Pour améliorer leur condition de vie par une nouvelle méthode culturale, pour augmenter leur production agricole car le nombre de consommateurs augmentent mais le rendement est toujours le même voire en baisse.
Pour permettre à la fille de l'intérieur d'avoir un niveau d'études élevé.
L

balagizi

MWAMINI's picture

Salut madame Neema,votre

Salut madame Neema,votre journal est trés intéressant et compatissant,j'en remarque que vous avez l'air de pitié pour nous autres qui parcourent aumoins 12km à pieds pour venir à la connection ici au centre
pour moi,tout ce que vous dites est conforme à la réalité que nous vivions chaque jour ici au centre mamam shujaa sud -kivu, de ma part,c'était un mystere qui s"etait passé pour me retrouver à ce centre entrain de m'échanger avec d'autres femmes du monde. malgré le temps et le trajet que je parcours chaque jour pour arriver au centre,je ne peut pas laisser passer sous silence la grâce qui m'y sont offerte.et en signe de gratitude je prie le bon Dieu de vous en renumerer et de bénir toute votre descendance.
vos phrases: Ces femmes trouvent en elles une confiance qu’elles ne pensaient pas avoir. Elles découvrent en elles des réponses qui les accompagnent depuis toujours sans qu’elles les voient. Elles se rendent compte que les solutions à tous les problèmes du Congo se trouvent en elles, dans leurs cœurs et dans leurs pensées. Elles comprennent la nécessité de s’affirmer, avec l’énergie nécessaire pour créer un futur pour elles-mêmes, leurs enfants et leurs communautés. La réponse doit être là, à l’intérieur du Congo. Refléte ce que sera le Congo de demain.

Paix et Santé à vous
Mwamini evelyne

Evelyne

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Letters to a Better World

Letters to a Better World

Community »

Connect with women on the ground worldwide

shazia @ shiree's picture

BANGLADESH: Finding Fatima

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

The Women of World Pulse LIVE: Meet Olanike

The Women of World Pulse LIVE: Meet Olanike

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative