Get our free emagazine!

République Démocratique du Congo

Les Maman Shujaa, Héroïnes du Congo, se sont fait entendre pour que les voix des Congolaises soient entendues, pour que leurs rêves et leurs combats soient connus, et pour travailler ensemble et influencer la politique internationale. Aujourd’hui, la République Démocratique du Congo est l’une des régions les plus actives de notre réseau mondial, et les femmes de la RDC gagnent en force.

Visitez notre nouvelle page régionale sur la RDC pour entrer en contact avec cette communauté croissante.

Les Héroïnes du Congo Parlent

image

Neema Namaduma, fondatrice des Maman Shujaa, accompagnée de Jeunes Ambassadrices. Crédit photo : Maman Shujaa du Congo.

Dans un pays où les voix des femmes peuvent rarement s'exprimer, les femmes du centre Maman Shujaa affirment leur présence en ligne et se font entendre.

« Grâce à cette connexion, ma voix peut être entendue par tou-te-s et je peux faire passer mon message au monde. »

Kika Sylvie Katchunga

To read this article in English, click here.

En à peine un an, le Centre Média Maman Shujaa ouvrait ses portes dans le Sud-Kivu en République Démocratique du Congo, et devenait une source d'espoir pour les femmes, dans une région dévastée par la guerre civile. Les Maman Shujaa, ou « Héroïnes » comme elles se désignent, marchent souvent des kilomètres pour rejoindre le centre et profiter des formations offertes en culture informatique, connexions Internet et diverses opportunités.

Elles n'apprennent pas seulement à se servir d'une souris ou à ouvrir une page Internet – elles découvrent le pouvoir de leurs propres voix. Chaque jour, des femmes du Congo se connectent sur World Pulse et se font entendre via un mécanisme qui dépasse les langues et les continents, grâce à un nombre croissant de traducteurs, de volontaires et de membres de la communauté francophone. Elles écrivent sur la violence envers les femmes, l'environnement et leurs rêves pour leur pays. Les voix de ces femmes issues des communautés de la RDC, si souvent méprisées dans les processus de prise de décisions, disposent maintenant d'une plateforme pour se développer et montrer leur union.

Vous pouvez lire ici quelques-unes de ces Héroïnes pour comprendre comment l'accès à une technologie basique change des vies au Congo. Grâce à leurs récits, vous découvrirez la beauté du potentiel de ce pays à travers les yeux des femmes qui travaillent à le transformer en réalité.

Solange Biheza

Solange Biheza

Poème pour le pays qui m’a vue naître

Je garde tant de souvenirs de toi. Tu m’as vue naître, tu m’as vue grandir, tu m’as nourrie, tu m’as instruite.

Je t’en suis reconnaissante ; tu es ma forteresse, je t’aime, je t’aime tant.

Et cela malgré les nombreuses difficultés créées par la guerre, qui t’ont endeuillé et t’ont rendu inhospitalier, jetant les populations sur la route loin de ces champs qui ne sont plus cultivés depuis longtemps.

Tant pis, je t’aime du fond du cœur.

Cette région était autrefois le grenier de l’ex-Kivu et même de toute la RDC, aujourd’hui en proie à plusieurs rébellions qui ont engendré de nombreuses atrocités et crimes contre l’humanité – et surtout contre les femmes.

Malgré cela, elle est et reste une région habitée de gens accueillants, hospitaliers et courtois.

Cette hospitalité est surtout visible chez les femmes qui, malgré leur vulnérabilité, restent la force motrice du développement du pays.

Nombreux sont ceux qui sont partis à cause de ces difficultés qui se sont abattues sur la région, et cet endroit est encore un champ de bataille malgré les efforts de pacification menés par la communauté internationale.

Malgré tout, tu restes ma chérie et mon espoir.

Je t’aime, en tant que mon pays et mon peuple tout entier.

Je ne t’oublierai jamais.

Kika Sylvie Katchunga

Kika Sylvie Katchunga

Voir plus loin

Vous avez peut-être entendu parler des problèmes qui affectent nos communautés et nos vies ici en RDC. C’est grâce à la connexion Internet que nous pouvons partager nos expériences.

Avant d’avoir un accès régulier à Internet, mes pensées étaient limitées ; je voyais seulement ce qui se trouvait autour de moi. Mais quand je viens au Centre Maman Shujaa, je trouve une connexion Internet qui me permet de voir plus loin.

Ici, en RDC, avoir accès à Internet n’est pas chose facile, surtout pour les femmes et les filles. Internet était surtout utilisé par les hommes ; trouver une femme ayant accès à Internet était rare. Mais le Centre Maman Shujaa permet maintenant aux femmes de se connecter et d’avoir les mêmes opportunités que les hommes. Mes sœurs, mes mères, il y a de belles choses sur Internet. Depuis que je viens ici, je suis devenue quelqu’un d’autre. Penser et voir plus loin m’a tellement changée.

Internet est très important pour moi, car cela m’a sorti de l’ignorance et m’aide beaucoup à transmettre mon message.

Princesse Muluzinyere

Princesse Muluzinyere

Ce qu’Internet m’apporte

Je n’ai pas eu la chance d’utiliser un ordinateur avant ma douzième année d’études. On nous apprenait comment cela marchait sans que l’on puisse jamais en voir ou en toucher un. J’ai eu la chance ensuite de faire des études universitaires, mais même là, l’accès à un ordinateur était rare et il fallait débourser 150$. Pour poursuivre mes recherches scientifiques, je devais être accompagnée par une tierce personne et trouver une autre connexion dont le coût a représenté une lourde charge pour ma famille très pauvre. Depuis que j’ai rejoint le Centre Maman Shujaa, j’ai découvert un nouveau monde ! J’ai appris tout ce que l’on peut faire avec un ordinateur et comment se connecter à Internet.

Avoir accès à Internet m’a donné la chance de découvrir les pensées et les expériences de personnes qui vivent ailleurs dans le monde. Grâce à Internet, nous sommes devenues des éditrices ! Grâce à cette connexion, nos voix et nos rêves deviendront réalité. Grâce à Internet, nos voix sont entendues partout dans le monde ! Aujourd’hui, je partage ma voix avec 30 amies de pays et régions différents à travers mon journal. Nous avons appris à explorer cette florissante communauté World Pulse, où les voix des femmes sont entendues partout dans le monde et où on peut trouver du réconfort auprès d’autres femmes!'

Je suis très heureuse de cette opportunité apportée au réseau médiatique des Maman Shujaa. Nous envisageons la possibilité que de telles initiatives se multiplient dans toute la RDC!

Neema Bijouxa

Neema Bijoux

La Beauté Cachée du Congo

Bien que la République Démocratique du Congo soit considérée comme la pire région au monde pour les femmes, elle est belle aussi par la force et les capacités cachées de ces dernières. Malgré l'injustice, la violence, les viols, et les nombreuses autres formes de discrimination envers les femmes, nous ne nous décourageons pas. Les femmes continuent de se battre pour qu'un jour nous ayons un pays de droit et de justice.

Autour de moi, la beauté de la RDC est visible dans l'environnement, le climat, les rivières et les lacs, les industries et surtout la communauté qui m'entoure. Cette communauté a des comportements, des aptitudes et des compétences qui sont cachés et n'ont pas d'espace où s'exprimer. Ma communauté peut tout faire mais n'est pas formée, informée ni éduquée. Notre courage et notre potentiel restent donc invisibles aux yeux du monde.

Ce qui m'apporte le plus de joie est de voir mes besoins tels que l'éducation, le respect de mes droits, la possibilité de m'habiller, respectés. Le respect et la participation à la vie de ma communauté me sont particulièrement importants.

Notre village sera heureux quand nous obtiendrons la paix et la justice. Pour ma part, je fais face aux difficultés actuelles en regardant vers le futur. Je sais que les échecs nous renforcent et nous encouragent dans nos efforts, parce que nous ne voudrons plus retourner dans un tel chaos. Alors même quand je dois affronter le pire, je ne désespère pas, car je sais que cela passera, et qu'avec du courage, je pourrais être la personne que je veux être. Les femmes sont la beauté qui doit être protégée – les fondations et un tremplin pour la communauté tout entière.

Benedicte Bulangalire

Benedicte Bulangalire

Réveiller mon Esprit Combatif

La première fois que j'ai visité le centre Maman Shujaa, j'ai été accueillie avec joie. Cela m'a vraiment marquée et m'a donné de la force. Au centre, j'ai appris à travailler avec un ordinateur, quelque chose que je n'étais jamais arrivée à faire, même quand on nous l'avait montré à l'école. Cette expérience a changé ma vie.

Mama Neema du centre Maman Shujaa m'a appris qu'il existait un réseau international appelé World Pulse. Elle m'a dit que là, des femmes du monde entier étaient connectées et se battaient ensemble pour la promotion des droits des femmes. Cela a réveillé en moi un esprit combatif, car mon rêve est que les femmes puissent profiter de leurs droits dans les siècles à venir.

J'ai été très heureuse de voir autant de femmes de continents, pays, ethnies et tribus différents, et de voir leurs initiatives et leur envie de combattre sans relâche toute forme de violence envers les femmes. Partager des expériences avec d'autres femmes et lire, comprendre et commenter leurs récits a ouvert mon esprit et m'a aidée à trouver et proposer des solutions aux problèmes actuels des femmes. Quand une personne est ouverte et partage ses expériences avec d'autres, celles-ci peuvent un jour en aider une autre dans la même situation à trouver une solution.

En tant qu'ambassadrice au centre Maman Shujaa, je publie un ou deux articles par mois sur des sujets majeurs pour notre région qui sont liés à la promotion des droits des femmes dans le monde.

J'ai aussi appris à utiliser d'autres sites Internet tels que Gmail et Facebook, où j'ai maintenant des profils qui me permettent de communiquer avec le monde entier et d'élargir mon réseau personnel. Je ne suis pas encore une experte pour travailler sur Internet, mais je fais des progrès tous les jours. Parfois, utiliser Internet est difficile, mais heureusement nous avons une équipe au centre qui est là pour nous accompagner et nous aider au besoin.

Certaines femmes marchent 8 ou 10 km dans la chaleur et la poussière ou la pluie et la boue, pour rejoindre le centre.
Je prierai toujours pour que le modèle des Maman Shujaa se diffuse dans d'autres pays, mais aussi dans tous les villages de la RDC: le manque d'information est l'une des principales raisons du non-respect de nos droits.

Comments

Après nos analyses sur le terrain, et les différents articles postés par les Mamans Shujaa en général, et les filles Ambassadrices de ce centre, montrent comment les femmes de ce pays travail sur ce site avec courage et joie car elles ont un espace bien sécuriser où elles postent ces articles sans crainte. Mais comme le besoin se montre car nous parcourons de km long qui nous font fatiguer avant la fatigue du travail c'est pourquoi nous demandons l'augmentation de centres dans la ville mais aussi et surtout dans nos villages qui est un problème très sérieux car il y a 98% de cette population qui ne connaissent pas l'outil informatique pendant que c'est un nouvelle technologie qui est à la page de toute personne. oh ohooooooooooo centre Maman shujaa oh Neema Namadamu nous te félicitons infiniment

arianemoza

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Inside Congo's Growing Sisterhood

Inside Congo's Growing Sisterhood

Community »

Connect with women on the ground worldwide

Myra Musico: My Disability Is Not an Obstacle

Myra Musico: My Disability Is Not an Obstacle

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

EMAGAZINE: Bridging Borders

EMAGAZINE: Bridging Borders

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative