Get our free emagazine!

Taking Grassroots Women's Voices to Rio+20

© UN Photo/Tim McKulka

As world leaders convene in Rio de Janeiro to decide a viable future for our children and the planet, we're cranking up the volume on the often-unheard voices of grassroots women on the front lines of a growing ecological crisis.

Using the power of interactive media, we asked our community of women leaders to share their on-the-ground realities and advise policymakers at the Rio+20 United Nations Conference on Sustainable Development. As their courageous voices echo throughout the forum, we invite you to read their stories.

MAGAZINE: Highlighting the Voices of Women

Hear a selection of women's Rio+20 recommendations, exposing that sustainable development must tackle issues ranging from sanitation to land rights to economic empowerment for women.
Read More >

CAMPAIGN: World Pulse Delivers 55 Statements from 28 Countries to Rio

Take a look at World Pulse's statement to leaders at the UN, calling for strong commitments and action to reform and implement policies that empower and protect women.
Read More >

Rio+20 map COMMUNITY: Mapping Women's Voices on Sustainable Development

Visit our interactive global map to experience the raw and powerful Rio+20 stories submitted from women across the globe.
Read More >

"I hope that as world leaders look for global solutions, the voices and specific needs of women will be highlighted to make sustainable development a reality for them."
—Amie Bojang-Sissoho, The Gambia

Comments

Selon des constatations faites après une descente sur terrain dans la cheffrie de Kabare et plus présisément dans le village de Bugobe, nous avons trouvé que plus de 80% des femmes sont analphates. Elles vivent essentiellement de l'agriculture mais elles ne peuvent pas jouillir des produits de la recoltes car les maris recupèrent toute la situation après la recolte et se charge de la vente et de la gestion de toutes les revenues. C'est à peine s'ils peuvent songer aux besoins de la famille, ils consomment tout ce qu'ils ont eu dans la bière, laissant la femme et les enfants affamés.
A Kabare, les femmes n'ont pas droit à l'Héritage. A la mort d'un parent, seuls les enfants masculins ont droit au partage de leurs champs et le reste des biens s'il y en a. Les enfants filles sont totalement exclues e ne peuvent même
pas revendiquer quoique ce soit.
Pour le s femmes mariées, à la mort de leurs maris, la plus part des fois le fils aîné dépossède sa mère des champs que lui avait laissé son défunt père, et la chase même de chez elle, pour lui constuire une petite hutte sur une terre aride.
Placée dans ces conditions, les femmes vont commencer à cultiver pour ceux qui ont des champs et qui leur paie pour une journée l'équivalent de 1$usd. Ce qu'elles gagnent par jour est tlement insignifiant et insuffisant qu'elles sont condamnées à manger très mal. Les enfants insatisfaits sont obligés de fuire leurs domiciles pour aller se débrouiller dans la rue en ville et deviennent ce qu'on appelle "les enfants de la rue" (maïbobo). D'autres enfants vont chercher des emplois (de domestique la plus part des fois) où ils gagne 10 à 15$usd par mois. Les filles font de longues distances à pieds avec des bananes ou d'autres fruits sur la tête pour aller les vendre en ville et tenter ainsi d'améliorer leur conditions. A Bugobe, il ya des écoles, mais rares sont les familles qui peuvent scolariser tous les enfants. Et devant les difficultés de trouver l'argent pour scolariser les enfants, on privilégie les garçons et les filles sont ainsi abandonnées à leurs triste sort. Elles ne sont pas considérées commes des membres de la famille parce qu'elles vont se marier et appartiendront à d'autres familles qui en tireront profit. Le cas de Bugobe dont parlons n'est qu' un échantillon mais qui se généralise dans tous le Bushi.
Devant cette situation très allarmante, nous laçons un cri d'allarme à toutes les femmes qui nous lisent et qui ont la possibilité et la capasité d'intervenir sous quelque manière que ce soit de nous venir en aide.
De Bukavu, Donatila Sifa RUHAMANYI

Je transmet mes chaleureuses salutations à toutes les femmes qui combatent aux côtés des femmes qui souffrent de l'injustice, de la marginalisation, la discrimination, du rejet et tout autres sortes des maux, tout simplement parce xqu'elles sont fmmes. Je

Sanjay Dixit's picture

All praise for women

Women have their feet firmly fixed on the ground and help man to explore the universe from where she stands. Mr Sanjay Dixit,Mumbai,India

sanjay r. dixit

Magazine »

Read global coverage through women's eyes

Letters to a Better World

Letters to a Better World

Community »

Connect with women on the ground worldwide

DRC: A Dream Come True

DRC: A Dream Come True

Campaigns »

Be heard at influential forums

WWW: Women Weave the Web

WWW: Women Weave the Web

Programs »

Help us train women citizen journalists

World Pulse Voices of Our Future

World Pulse Voices of Our Future

Blog »

Read the latest from World Pulse headquarters

The Women of World Pulse LIVE: Meet Jampa

The Women of World Pulse LIVE: Meet Jampa

Partners »

Join forces with our wide network of partners

Nobel Women's Initiative

Nobel Women's Initiative